Espace Info-Energie

Le 14 octobre dernier, le Crédit Agricole des Côtes d’Armor a invité l’ALEC du Pays de Saint-Brieuc à animer des ateliers pour leurs conseillères et conseillers Logement. 

Ce partenariat a été initialement formalisé dans le cadre du programme Actimmo, porté par le CLER (réseau pour la transition énergétique), et mis en œuvre par l’ALEC sur le Pays de Saint-Brieuc.
Ce programme avait pour objectif de travailler avec les professionnels de la transaction immobilière afin qu’ils deviennent prescripteurs de la rénovation énergétique performante sur le territoire. S’il est maintenant terminé, le partenariat, lui, perdure. 

Un travail en commun semble évident puisque les conseillères et conseillers Logement du Crédit Agricole sont régulièrement en contact avec des personnes souhaitant rénover leur bien immobilier. Il est donc essentiel qu’ils puissent informer leurs clients de la manière la plus pertinente possible sur leurs projets ou sur les structures qui peuvent les accompagner, comme l’ALEC et l’ensemble des partenaires de l’Espace Info-Habitat, sur Saint-Brieuc Armor Agglomération, et Bonjour Habitat sur Lamballe Terre & Mer. 

L’objectif de ces ateliers du 14 octobre : renforcer le lien entre les conseillères et conseillers Info-Énergie de l’ALEC et les conseillères et conseillers logements du Crédit Agricole, et permettre à ces derniers de monter en compétence sur la rénovation énergétique. Après une rapide présentation de l’ALEC et de ces missions, les échanges ont donc permis de répondre à 3 questions :  

  • Quel est l’accompagnement proposé avec un conseil Info-Énergie à l’ALEC, ou dans les autres structures du département ? 
  • Quels réflexes peuvent avoir les conseillères et conseillers logement face à des projets courants et pourtant délicats de leurs clients ? La pompe à chaleur, les panneaux photovoltaïques, la ventilation ou l’isolation d’un mur en pierre. 

Ces informations ont été distillées à travers plusieurs épreuves en équipe, dynamiques et participatives, afin d’amener des informations techniques et parfois complexes, de manière ludique. « Qui aide qui ? », « Mais ils sont où les conseillers » ou encore « Le ping-pong énergétique » sont autant de défis qu’ont dû relever les 57 conseillères et conseillers Logement formés lors de ces ateliers, afin de pouvoir à leur tour être mieux armés pour aider les habitants et l’ALEC à relever le défi de la transition énergétique de notre territoire. 

Un bon isolant ne suffit pas à se protéger du froid et du chaud !
L’étanchéité à l’air est elle aussi essentielle pour obtenir un bâtiment réellement performant : pourquoi, comment, avec quelles vérifications et obligations ?
On vous donne des réponses dans notre dernière vidéo :

À plusieurs reprises ces dernières semaines, des personnes habitant l’agglomération de Saint-Brieuc nous ont signalé avoir été démarchées pour des travaux de rénovation énergétique en se faisant passer pour l’ « Ademe de Saint-Brieuc », l’ « Agence pour la transition écologique de Saint-Brieuc », ou encore « Gouvernement Ma Prim Rénov »…

L’ALEC ne fait pas de démarchage téléphonique

Nous rappelons que nous sommes une association à but non lucratif et que notre champ d’action est de conseiller et éclairer les choix des habitants en matière de diminution des consommations d’énergie et/ou de production d’énergie. Nous sommes à la disposition de tous pour répondre aux questions, mais ne pratiquons jamais de démarchage. Notre intervention est gratuite pour les habitants car elle s’intègre dans les politiques portées par Saint-Brieuc Armor Agglomération et Lamballe Terre & Mer (qui nous financent).

Ce type de démarchage est illégal

En effet, le démarchage téléphonique pour des travaux de rénovation énergétique est illégal depuis la loi du 24 juillet 2020. Si vous rencontrez cette situation, nous vous encourageons à faire un signalement sur le site gouvernemental SignalConso.

Surtout ne rien signer

Si vous êtes démarchés, nous vous conseillons de ne rien signer (tout document, même présenté autrement, serait un engagement de votre part). Pour plus d’information, vous pouvez visionner le tuto sur le démarchage, que nous avons produit il y a près d’un an.

Si vous souhaitez des informations neutres, objectives et gratuites, nos conseillers sont à votre écoute, vous pouvez les contacter au 02 96 52 15 70 ou via notre formulaire de contact.

Vous n’êtes sans doute pas passés à côté des nombreux articles sur les évolutions du marché du granulé de bois ces derniers mois. Dans ses dernières notes, Propellet (association nationale des professionnels du chauffage au granulé de bois) explique les problèmes que rencontre la filière et les solutions qui sont en train d’être mises en place pour y remédier.

image ©Propellet

Dans un contexte de crises, sanitaire et géopolitique, plusieurs facteurs compliquent l’approvisionnement et provoquent l’augmentation des prix : accroissement rapide de la demande, difficultés d’approvisionnement international et évènements soudains, cela conduit inévitablement à des tensions.

Si le prix du granulé de bois est fortement impacté par l’augmentation du coût des matières premières, de l’électricité, du transport et de l’emballage, il augmente toutefois moins que les autres énergies et reste très compétitif.
Pour l’association Propellet, la filière du chauffage au granulé de bois est jeune mais solide, et possède une vision à long terme, comme le montre son rythme de développement avec une large couverture sur l’ensemble du territoire. Elle permet une plus grande indépendance énergétique tout en répondant aux enjeux écologiques actuels en termes de baisse d’émissions de gaz à effet de serre.

Le consommateur (entreprise, particulier, collectivité) a également un vrai rôle à jouer dans la réduction de ses consommations d’énergie : réduire les températures de 2°C et bien entretenir ses équipements sont deux actions simples à mettre en pratique pour aller vers davantage de sobriété énergétique.

Pour en savoir plus :

Les conditions climatiques des derniers jours et l’absence de pluie ont accéléré la baisse des débits dans les cours d’eau. Dans les cinq zones de gestion des milieux aquatiques du département, deux ont franchis le seuil d’alerte renforcée ( SUD et EST) et une le seuil d’alerte.

Il a été constaté sur le terrain que les niveaux d’eau atteints dans certains des milieux aquatiques du bassin versant de la baie de Saint-Brieuc risquent d’impacter la vie aquatique. Et Météo-France ne prévoit pas de pluies efficaces dans les dix prochains jours.
Après la mise en vigilance sécheresse, puis en alerte de l’ensemble du département, le préfet des Côtes-d’Armor a décidé d’activer la mise en alerte renforcée sur les secteurs EST et SUD des Côtes-d’Armor, par arrêté préfectoral en date du 28 juillet 2022.

Sachant qu’en moyenne un habitant du territoire consomme 126 litres d’eau par jour et par personne, vous pouvez vous aussi, par des gestes simples, faire des économies d’eau à votre échelle.

Comment réduire sa consommation d’eau ?

Que peut-on faire dès aujourd’hui pour limiter nos consommations domestiques d’eau et sans rien dépenser ?

Dans les WC

Ils représentent 18% des consommations d’eau potable !

  • Pour réduire le volume de l’eau utilisée, vous pouvez diminuer la contenance de la chasse d’eau en insérant dans le réservoir une bouteille d’eau d’1,5 litres (remplie) cela représente 1,5 litres en moins par chasse tirée (9 litres habituellement).

Dans la cuisine

  • Pour laver la vaisselle de plusieurs repas, le lave-vaisselle utilise environ 15 litres d’eau, soit deux à trois fois moins que la vaisselle à la main.
  • Si vous n’en avez pas, mettez deux récipients d’eau dans votre évier : un pour laver la vaisselle, et un autre pour la rincer.
  • Vous pouvez aussi récupérer l’eau de rinçage de la salade ou des légumes pour arroser le jardin ou les fleurs, ou encore utiliser l’eau de cuisson au bain marie pour laver les sols.

Dans la salle de bains

La toilette est le 1er poste de consommation d’eau du foyer. 

  • Le 1er réflexe est de couper l’eau pendant que vous vous savonnez ou lorsque vous vous brossez les dents.
  • Un bain nécessite entre 150 et 200 litres d’eau, une douche sans couper l’eau en demande environ 60 litres, alors qu’une douche courte en coupant l’eau pendant que l’on se savonne nécessite environ 20 litres d’eau… Le choix est facile à faire !
  • L’eau froide gaspillée en attendant d’obtenir la température requise peut également être récupérée pour laver vos sols, alimenter vos toilettes, rincer des aliments etc…

Pour en savoir +

Demandez une visite EAU/ÉNERGIE :

Si vous avez des difficultés pour payer vos factures, ou des consommations inexpliquées, sollicitez une visite eau/énergies : demandez la visite gratuite d’un conseiller en économies d’énergies de l’ALEC en remplissant le formulaire de contact, ou appelez au 02 96 52 56 50.