Transition énergétique

Près de 60 personnes, étaient présentes lors de la rencontre technique « véhicules et engins communaux » organisée par l’ALEC, en partenariat avec le SDE22, GrDF , ENEDIS et l’association AILE.

Elus et techniciens des collectivités du Pays de Saint-Brieuc, mais également syndicats et entreprises privées ont répondu présent pour cet évènement. Basé au Véhipole de PLOUFRAGAN, grâce à un partenariat établi avec la chambre des métiers, cette rencontre était centrée sur les échanges et les essais de véhicules propres.

La première partie a été l’occasion pour l’ALEC et ses partenaires de présenter les enjeux, la réglementation et les retours d’expérience sur les véhicules électriques et GNV/BioGNV. La réduction de la consommation des tracteurs  faisait également partie des thématiques abordées lors de ce temps en salle.

Par la suite, les participants ont pu échanger sur les stands et essayer des véhicules électriques et GNV/BioGNV mis à disposition par les partenaires de l’évènement, CMJ SOLUTION et MARTENAT BRETAGNE.

Ce temps fort a permis à l’ensemble des participants de constater l’adéquation entre les véhicules propres et l’usage de la flotte automobile des collectivités. Parmi les avantages, on peut bien évidemment citer la réduction des émissions polluantes (CO2, particules, NOx, …), mais également les moindres nuisances sonores générées par les motorisations électriques et GNV/BioGNV. Enfin, les essais routiers ont permis de mettre en avant l’agrément de conduite sur parcours routier, urbain et sur voie rapide.

Retrouvez toutes les photos de la rencontre technique ici

Le bois déchiqueté qui alimente nos chaufferies collectives est-il réellement durable ? Comment éviter que le bocage ne soit pillé et que des groupes privés peu consciencieux, cherchant la rentabilité à court terme, ne remportent trop facilement les marchés de fourniture face aux initiatives de gestion durable de la ressource ?

En mai 2016, un collectif national de structures compétentes sur la filière bois-énergie agricole (dont des costarmoricains : la SCIC Bocagenèse, Lannion-Trégor Communauté et le Bassin Versant du Léguer) ont démarré un projet de certification du bois valorisant la gestion durable du bocage. Ce système de certification doit permettre de renforcer et de reconnaître une filière agricole de production de cette ressource gérée durablement chez les agriculteurs-producteurs, et notamment :

  • De valoriser le travail de gestion durable des producteurs de bois bocage,
  • D’apporter aux différents acteurs du marché de la sécurité, de la traçabilité et de la transparence dans la chaine de gestion et de production du bois de bocage,
  • De bénéficier de nouveaux débouchés pour mieux vendre le bois de bocage,
  • De répondre aux préoccupations des consommateurs et aux exigences des pouvoirs publics,
  • De faciliter l’accès aux appels d’offre des marchés publics.

La sortie de ce label national est prévue pour fin 2018.

Plus d’information :

Lamballe Terre et Mer s’engage en tant que Territoire à énergie positive pour la croissance verte (TEPCV) et vous aide à relever le défi !

Les Conversations Carbone c’est :

  • un groupe d’habitants intéressés et prêts à changer quelques habitudes (10 personnes),
  • des échanges, des animations, des jeux pour que chacun trouve les solutions qui lui conviennent, avec le soutien du groupe, pour devenir plus sobre en carbone,
  • 6 ateliers thématiques et conviviaux.

Plusieurs sessions de Conversations sont prévues sur 2018 et 2019. La 1ère démarre le 20 septembre et se déroulera sur Lamballe.

Au programme des ateliers (19h-21h) :

  • Atelier 1, 20 sept. : L’avenir à faible carbone
  • Atelier 2, 4 oct.  : L’énergie à la maison
  • Atelier 3, 18 oct. : La mobilité
  • Atelier 4, 8 nov. : L’alimentation et la consommation d’eau
  • Atelier 5, 29 nov. : La consommation et les déchets
  • Atelier 6, 10 janv. : Définition d’un plan individuel de réduction de ses émissions sur plusieurs années

Le programme est gratuit pour les participants, le seul engagement est la participation aux 6 ateliers !

 

Pour plus d’information et pour vous inscrire, contactez Alice ou Verlaine au 02 96 52 15 70 (contact@alec-saint-brieuc.org).

 

Pour aller plus loin :

Samedi 7 juillet, dans le cadre de l’Espace Info-Énergie, l’ALEC avait invité habitants et élus à Trémuson pour découvrir une centrale photovoltaïque installée depuis 7 ans sur la toiture d’une maison individuelle avec une vente totale de la production électrique.

Cette visite a suscité l’intérêt d’une douzaine de participants, dont des élus du territoire et des particuliers, souhaitant des informations avant de se lancer dans un projet similaire.

En discutant avec le conseiller de l’ALEC, le propriétaire du logement et le professionnel en charge de la maintenance de l’installation photovoltaïque, les participants ont pu en apprendre plus sur la production d’électricité solaire : les coûts, la maintenance nécessaire, les différentes installations possibles et les conditions de rentabilité.

Ils ont également été informés sur les questions à se poser avant de se lancer dans un tel projet : quels professionnels choisir ? Quelles études préalables sont nécessaires ? Quels sont les risques et les arnaques récurrentes dans le cadre du démarchage ?

Les visiteurs sont repartis avec de nombreuses informations ainsi qu’une fiche visite détaillant l’installation présentée et également une comparaison avec à un système actuel.

Si vous aussi vous souhaitez installer des panneaux photovoltaïques sur votre toiture, n’hésitez pas à consulter cette fiche visite et à contacter un conseiller info-énergie de l’ALEC pour être conseillé et accompagné sur votre projet.

Plus d’information :

(c) Ademe – Hippocampe

En partenariat avec la Ville de Saint-Brieuc et Saint Brieuc Armor Agglomération, l’ALEC a organisé le 24 mai dernier une session d’information sur le décret « travaux embarqués » pour les services d’urbanisme des communes de Saint-Brieuc et de la 1ère couronne. Ce décret, issu de l’article 14 de loi transition énergétique pour la croissance verte, impose, depuis 2017, la mise en œuvre d’une isolation thermique à l’occasion d’importants travaux de rénovation des bâtiments, par exemple au moment d’un ravalement de façade, d’une réfection de toiture ou encore de la transformation d’un garage ou de combles en pièces habitables.

Sur le territoire, environ 38% des bâtiments sont susceptibles d’être impactés par ce décret en cas de travaux de ravalement ou réfection de toiture. Les dérogations possibles, encadrées par la loi, pourront s’appliquer principalement pour les bâtiments comportant des matériaux sensibles à l’humidité (pierre, bois, ..) ou ayant été récemment isolés.

La première partie de cette rencontre consistait à apporter un éclairage technique sur le décret et son impact sur les projets (niveau de performance énergétique demandé et cohérence avec le seuil des aides financières, surcoût moyen d’un projet de ravalement devant intégrer de l’isolation, calcul du temps de retour intégrant les différentes aides financières…).

En seconde partie, les intervenants, Maitre Guillotin, avocat en droit immobilier, et Maitre Poilevet, avocate en droit de l’urbanisme, ont apporté une analyse juridique de l’application de ce décret, notamment sur l’ensemble des points suivants : cas d’application, justificatifs et procédures pour les cas de dérogations, sanctions encourues…

Enfin, ils ont également abordé la question de l’accompagnement possible des maitres d’ouvrage par les collectivités autant sur le volet coercitif qu’incitatif.

Contacts :

  • Maxime Sampeur, conseiller technique rénovation et référent « pros » à l’ALEC : maxime.sampeur@alec-saint-brieuc.org – 02 96 52 56 51
  • Avocats SCP Guillotin-Poilvet-Auffret : 02 96 77 37 00 – contact@guillotinpoilvet.com

Documents à télécharger :