Transition énergétique

La baisse du coût d’achat des panneaux solaires photovoltaïques amène de plus en plus de personnes à vouloir s’équiper afin de chercher une autonomie électrique. Si l’autoconsommation photovoltaïque, c’est-à-dire la consommation directe de l’électricité produite, est énergétiquement intéressante, encore faut-il que le projet soit rentable !
Voici quelques principes pour optimiser son autoconsommation photovoltaïque, à la suite des conseils donnés dans cet article Des panneaux photovoltaïques, oui, mais pas à n’importe quel prix ! :

Quelle est ma consommation d’électricité ? 

Pour s’assurer que la future production électrique soit en cohérence avec la consommation d’électricité (énergie en kWh (kilo-Watt-heure), sur les factures), la première étape est de bien comprendre la consommation quotidienne : quelle est la puissance électrique à chaque instant (puissance en W Watt). Généralement, nous consommons un peu plus en début de matinée et également en soirée. Les logements équipés de compteurs communicants Linky peuvent demander une courbe précise de leur consommation. 

Exemple de consommation électrique résidentielle mesurée par le GEFOSAT
(les pics de consommations peuvent correspondre à un chauffe-eau électrique par exemple)
Les panneaux solaires produisent un courant continu, qui doit être transformé en courant alternatif : c’est le rôle primordial de l’onduleur. Ainsi, la production photovoltaïque peut alimenter le réseau électrique.

Schéma de connexion électrique :

 Il existe plusieurs manières de connecter les panneaux photovoltaïques au réseau électrique.

Source : GUIDE Programme pacte INSTALLATIONS PHOTOVOLTAÏQUES EN AUTOCONSOMMATION Juin 2019

Le schéma de droite montre une connexion indépendante, avec un compteur supplémentaire dédié au photovoltaïque. Ainsi, le propriétaire possède deux contrats, avec deux factures séparées, l’une de consommation d’électricité, l’autre de vente totale de la production.

Le schéma de gauche montre une connexion au réseau électrique domestique. Le compteur communicant Linky sera en mesure de compter à la fois la consommation, mais aussi l’éventuelle surproduction. Au moment de la production électrique, la demande au niveau du compteur sera plus faible. Ainsi l’électricité autoconsommée ne sera pas facturée. La facture d’électricité sera diminuée, les économies sur les factures permettront de rembourser l’installation photovoltaïque.

Au niveau technique et électrique, les électrons iront toujours au plus court : vous consommerez toujours en priorité l’électricité produite par les panneaux (avant l’électricité provenant du réseau électrique). Le choix de l’autoconsommation est donc plutôt un choix de rentabilité financière liée aux différences entre les tarifs d’électricité et les différents prix de vente de l’électricité produite.

Compatibilité entre production et consommation 

Le schéma suivant montre une production idéale d’une installation photovoltaïque journalière, ainsi qu’une consommation d’électricité qui correspondrait à un usage résidentiel, tôt le matin et tard le soir. La rentabilité d’une installation de panneaux photovoltaïques en autoconsommation dépend donc de la capacité à consommer la production photovoltaïque (par le taux d’autoconsommation), et de l’optimisation de l’éventuel surplus.

Exemple d’autoconsommation photovoltaïque (Source : AQC) : une maison qui aurait une consommation électrique représentative, avec un talon de consommation minimale d’environ 500W, pourrait autoconsommer environ 30 à 50 % de la production d’une centrale photovoltaïque. Le surplus pourra être vendu, stocké, etc.

Comme il n’y a pas de production durant la nuit, on peut étudier plusieurs pistes pour optimiser l’installation : 

– Diminuer le nombre de panneaux, et ainsi être en autoconsommation totale. L’installation devient plus simple, sans contrainte de surplus, mais la production s’en trouve d’autant diminuée. 

– Valoriser le surplus : o En interne : à l’aide de moyens de stockage (batteries, ballon d’eau chaude, …), ou d’une gestion adaptée de la consommation par rapport au photovoltaïque. Ces solutions permettent d’améliorer le taux d’autoconsommation, mais sont souvent très coûteuses. 

Vendre le surplus : Aujourd’hui, il est possible de vendre à tarif fixé, inférieur au tarif d’électricité, la production photovoltaïque. Ainsi les panneaux produiront au maximum de leur utilisation, et électriquement, la production ira au plus court : chez votre voisin ! 

Vendre la totalité de l’électricité produite, via un deuxième compteur. Lorsque le taux d’autoconsommation est faible, il est parfois plus intéressant de valoriser l’ensemble de la production à un tarif fixé pendant 20 ans. 

– Diminuer la consommation, car l’énergie la moins chère est celle que l’on ne consomme pas ! 

Plusieurs outils en ligne permettent d’étudier et de dimensionner le potentiel d’autoconsommation par rapport à votre consommation personnelle. Forts de ces quelques informations, vous pourrez contacter les artisans qualifiés les plus proches de chez vous (grâce au site www.faire.gouv.fr par exemple). Ils proposeront des solutions techniques adaptées à votre bâtiment. Ensuite, il est possible d’étudier vos devis non signés avec l’aide de votre conseiller info-énergie. 

Néanmoins, il convient de rappeler les priorités : à l’échelle d’un logement, les investissements doivent d’abord porter sur les économies d’énergie (notamment sur l’isolation thermique), et en second lieu sur la production d’énergie renouvelable. Des aides de l’agglomération de Saint-Brieuc existent pour financer une partie de l’installation photovoltaïque, mais également des travaux de rénovation performants. 

  • Outils

Évaluer votre devis photovoltaïque
AutoCalSol : logiciel de pré-dimensionnement pour vos installations

  • Pour aller plus loin

Des panneaux photovoltaïques, oui, mais pas à n’importe quel prix !
PhotoVoltaïque.info
Autoconsommation photovoltaïque : comment produire de l’électricité et la consommer chez soi ?
Plaquette technique : Photovoltaïque en autoconsommation, les points de vigilance pour tous types de bâtiments.
Photovoltaïque en collectivité

L’Agence Locale de l’Énergie et du Climat du Pays de Saint-Brieuc, dans le cadre du service CEP, organise la visite du Complexe sportif de Pont Gagnoux à Pléneuf-Val-André le mardi 21 mai à 10h.

Au programme :

  • Travaux d’extension / rénovation
  • Isolation thermique par l’extérieur en mur
  • Isolation thermique par l’extérieur en toiture
  • Menuiseries performantes
  • Éclairage LED
  • Chauffage :
    – Radiants gaz pour gymnase
    – Panneaux rayonnants dans salle 1 et 2 et vestiaires

Télécharger l’invitation

Cette rencontre technique est ouverte gratuitement à l’ensemble des communes du Pays de Saint-Brieuc et aux gestionnaires de patrimoine.

Pour des raisons d’organisation, l’inscription est obligatoire directement auprès de l’ALEC :
02 96 52 15 70
contact@alec-saint-brieuc.org


Les 2 et 3 avril prochain, auront lieu à Paris les 8èmes rencontres nationales du réseau CEP. À cette occasion, l’ADEME nationale a sollicité l’ALEC du Pays de Saint-Brieuc afin de présenter le retour d’expérience des 8 années d’existence du service de Conseil en Énergie Partagé. Cette demande est une vraie reconnaissance du travail réalisé par l’ALEC et ses partenaires, le SDE et les intercommunalités (SBAA, LTM) au bénéfice de la transition énergétique et des communes du territoire.

À cette occasion, Pascal Gouttebel, conseiller à l’agence depuis 2010, reviendra sur l’évolution du service ainsi que la mise en place de l’outil de suivi des préconisations émises lors des bilans énergétiques. Il présentera également le « Classeur technique Énergie Partagé », conçu pour faciliter le passage à l’acte des collectivités pour la mise œuvre de ces préconisations (avec ou sans investissement).

Enfin, il abordera la première édition du « Challenge des communes » qui a récompensé les collectivités dans 3 catégories : le plus faible taux d’émission de gaz à effet de serre par habitant (Coëtmieux), le plus fort taux de réduction des consommations énergétiques par habitant (Trégueux) et la mise en œuvre d’une action jugée exemplaire et reproductible (La Méaugon).

Pascal Gouttebel sera accompagné par Jean-Marc Labbé, conseiller municipal délégué à l’énergie pour la commune de La Méaugon , lauréate de la 3ème catégorie du challenge des communes qui apportera son témoignage d’élu et pourra valoriser le partenariat existant de longue date entre la commune et l’ALEC.

Cette présentation sera publiée prochainement sur notre site.


Lundi 25 février, l’ALEC organisait le 7ème Comité de Pilotage de la mission de « Conseil en Énergie Partagé » (CEP), au Centre de Gestion à Plérin.

Cet organe, composé de représentants des communes adhérentes à l’ALEC, ainsi que des partenaires techniques et financiers de la mission CEP (ADEME, SDE 22, ADAC 22, EPCI…) a pour vocation de suivre la mise en œuvre du service et de proposer des actions dans le cadre de la mission CEP.

Le Comité de Pilotage a salué la réadhésion de 7 communes à l’ALEC (Lamballe Armor, Andel, Hénon, Moncontour, Noyal, Saint-Brandan et Saint-Trimoël) et la nouvelle adhésion de Trédias ce qui porte à 55 le nombre des communes adhérentes à l’association couvrant 90% de la population. L’ensemble de ces communes vont pouvoir bénéficier de l’accompagnement d’un Conseiller en Énergie Partagé.

Un point important a été fait sur la richesse de l’activité de l’année 2018 avec l’organisation de la 1ère édition du « challenge des communes », la mise en place du classeur technique CEP et la valorisation, en partenariat avec les intercommunalités (Lamballe Terre et Mer et Saint-Brieuc Armor Agglomération) et le SDE 22 des CEE-TEPCV pour le compte des communes.

Beaucoup d’échanges lors de cette rencontre pour la trentaine de participants et ce sur tous les sujets évoqués, on citera notamment :

  • Le financement du service à l’horizon 2020 – 2021
  • Le bilan des rencontres techniques 2018 et les propositions pour 2019
  • La présentation de la nouvelle convention ALEC / SDE 22
  • L’information sur la mission d’évaluation du service CEP en 2019 confiée à un stagiaire de licence professionnelle ACTEER.


Vous pouvez télécharger la présentation projetée à cette occasion.

Le compte-rendu de la réunion, en cours de validation, sera bientôt mis en ligne.

Plus d’informations :

Dans le cadre de la Breizh COP, la Région Bretagne et le FEDER s’engagent pour faire émerger des initiatives permettant de favoriser le développement de systèmes énergétiques intelligents, bas carbone et décentralisés.

Autoconsommation privée ou collective, stockage de grande capacité et réseaux intelligents ; quatre thèmes pour quatre appels à projets, qui concernent des publics variés (collectivités, entreprises, exploitations agricoles, etc…), ont été lancés pour favoriser la mise en œuvre effective de la transition énergétique et l’atteinte des objectifs de réduction des émissions bretonnes de gaz à effet de serre.

En savoir plus :