rénovation

D’après une enquête TNS-Sofres de janvier 2012, les français prennent de plus en compte l’efficacité énergétique des bâtiments lors de l’achat ou de la location.
Cette enquête a été mené auprès de ménages, d’agents immobilier et de notaires. Les résultats montrent un intérêt croissant des acheteurs ou locataires potentiels pour le Diagnostic de Performance Energétique (DPE). Ce constat peut être attribué à deux facteurs principaux :
. l’obligation d’affichage de l’étiquette énergétique sur les offres de vente ou de location
. l’augmentation du prix des énergies.

Une étude de l’ADEME, en partenariat avec le CSTB et le Cired, réalisée par le cabinet Artelia, a cherché à définir la « valeur verte » dans l’immobilier. Cette notion prend notamment en compte l’efficacité énergétique des bâtiments. Il en ressort que 2/3 des personnes interrogées estiment que la performance énergétique sera désormais à prendre en compte dans le choix d’un logement.

En d’autres termes, le marché commence à intégrer la performance énergétique dans les éléments contribuant à l’établissement du prix d’un logement.
Votre Conseiller Info-Energie peut vous accompagner dans vos projets de construction ou de rénovation pour minimiser leurs besoins énergies.

plus d’informations sur le n°32 de Stratégies & études

Les certificats d’économies d’énergie sont un outil destiné à promouvoir les économies d’énergie pour les particuliers, les entreprises, les collectivités territoriales. C’est une obligation faite aux fournisseurs d’énergie de participer à la maîtrise de la demande en énergie.

copyright Ademe

Comment ça marche ?

Tous travaux d’amélioration des performances énergétiques dégagent des « certificats d’économie d’économie » (CEE), ces derniers appartenant aux porteurs de projet. Par exemple, un particulier isolant sa toiture génèrerait un certain nombre de CEE en fonction de la surface isolée.
En rétrocédant ces certificats, le particulier peut bénéficier d’avantages sous différentes formes : soit une réduction du coût des travaux, soit une subvention, soit des bons d’achat, soit des prêts bonifiés… Attention, ces certificats ne peuvent être valoriser qu’une seule fois et la demande doit être faite avant le début des travaux !
Pour les négocier au mieux, il est important de connaître leur valeur. Les CEE sont représentés par des kiloWatts/heure cumulés actualisé (kWhcumac) sur la durée de vie du matériel installé. Chaque type de travaux dégageant ces certificats est décrit dans des « fiches standardisées » qu’il est possible de télécharger sur le site du Ministère du développement durable (pour le calcul, la Bretagne est en zone H2). Le cours actuel du kWhcumac est d’environ 0,00425€ (cours des CEE sur www.emmy.fr). Ainsi, vous avez la possibilité de comparer les différentes propositions de valorisation des CEE qui vous sont faites.
Prenons un exemple : l’installation d’une chaudière à condensation pourrait générer (pour une maison de 100m²) environ 480€ (en fonction du cours du CEE). Mais le particulier ne récupèrera pas la totalité de cette somme car il y a toujours des frais de dossier, de gestion….

A qui s’adresser pour la valorisation ?

Tous les fournisseurs d’énergie (électricité, gaz, fioul, carburants…) ont l’obligation de récupérer les CEE. Ils sont les premiers interlocuteurs. Mais certaines collectivités peuvent également proposer des subventions en échange de la rétrocession des CEE. C’est le cas de Saint-Brieuc Agglomération (dossier de demande de subvention ) qui propose une aide à l’amélioration des systèmes de chauffage et de production d’eau chaude.

Pour plus d’information, vous pouvez télécharger la fiche pratique des Espaces Info-Energie breton.

Depuis 2011, Saint-Brieuc Agglomération s’est engagée en faveur de l’amélioration des systèmes de chauffage et de production d’eau chaude. Consciente de la problématique électrique sur son territoire, elle aide les propriétaires d’un logement de plus de 2 ans à remplacer leur système de chauffage ou de production d’eau chaude sanitaire par une installation performante.

Reconduction de l’aide pour l’année 2012

Pour l’année 2012, cette subvention de 500 € a été reconduite en conservant la bonification à 1000€ lorsque le système remplacé fonctionnait à l’électricité.
Elle est attribuée aux propriétaires occupants d’une résidence principale (sous condition de ressources et dans la limité d’un équipement par foyer) et aux propriétaires bailleurs (dans la limite d’un équipement par propriétaire et par an) pour des logements de plus de deux ans du territoire de l’agglomération.

Les équipements éligibles sont :
– les systèmes solaires combinés (chauffage et eau chaude solaire)
– les chauffe-eau solaire individuels
– les chaudières bois
– les foyers fermés, inserts de cheminées intérieures
– les poêles à bois
– les micro-cogénérations gaz
– les chaudières gaz à condensation (uniquement en substitution du chauffage électrique).

Le retrait des dossiers de demande de subvention se fait auprès de l’Agence Locale de l’Energie du Pays de Saint-Brieuc (le dossier est téléchargeable directement sur le site www.ale-saint-brieuc.org). L’instruction de ces dossiers a également été confiée à l’ALE pour le compte de Saint-Brieuc Agglomération.

L’Espace Info-Energie, hébergé par l’ALE, est à la disposition de tous gratuitement pour répondre à toutes questions pour le choix de l’équipement et pour tous renseignements sur cette subvention.