planification énergétique

La crise sanitaire que nous traversons ne nous laissera pas indemnes. Parmi les multiples bouleversements dont les effets pourraient se faire sentir pendant encore longtemps, notre système économique n’est pas épargné : plus de 450 000 emplois détruits en un trimestre selon les premières estimations de l’INSEE, recul du PIB estimé à 5,8 %…
Les pouvoirs publics se trouvent alors face à une triple exigence qui nécessite un plan de relance ambitieux : mobiliser le système de santé pour sauver des vies, sauvegarder l’économie pour préserver les revenus et les emplois, et négocier une sortie de crise vers une société plus résiliente. Mais au-delà des réponses directes en matière de santé, les plans de relance pourraient être l’occasion de donner un véritable coup d’accélérateur à la transition écologique de notre société, notamment par la création d’emplois verts, ou en repensant nos modes de productions vers un système plus responsable.

L’institut de l’économie pour le climat (I4CE), fondé par la caisse des dépôts et l’agence Française de développement, a publié un rapport intitulé « Investir en faveur du climat contribuera à la sortie de crise ».

Ce rapport propose un plan de financement public et privé de 26 milliards d’euros pour contribuer à la reprise économique post-Covid, tout en renforçant notre société face à des chocs futurs, et en accélérant notre contribution aux objectifs climatiques.

image © I4CE

À travers 30 actions basées sur les directives de 3 grands secteurs de la stratégie nationale bas carbone (Bâtiment, transport et production d’énergie), I4CE propose un véritable plan de relance qui s’appuie sur les objectifs suivants :

  • La préservation du capital industriel des filières bas-carbone, et l’adaptation de notre économie aux dérèglements climatiques 
  • La relance de l’activité à court terme et en réduisant la sensibilité à des crises futures : chocs de prix du pétrole, approvisionnement alimentaire et industriel…
  • La réduction de nos fragilités face à des menaces sanitaires, notamment par l’amélioration de la qualité de l’air et la réduction de la précarité énergétique.

Plus d’infos :
Rapport de l’I4CE : Investir en faveur du climat contribuera à la sortie de crise

Mercredi 24 avril s’est tenue l’Assemblée générale de l’ALEC à Plédran en présence d’une soixantaine de personnes.

La matinée a commencé par la visite de l’EHPAD de Plédran qui a bénéficié d’une rénovation énergétique avec isolation thermique par l’extérieur et remplacement des menuiseries avec une technique permettant la réalisation des travaux sans occasionner trop de dérangement pour les occupants.

Cette rencontre s’est prolongée par la tenue d’une Assemblée générale Extraordinaire au cours de laquelle le travail de réécriture du projet associatif a été présenté et validé par les adhérents. Il en ressort notamment :

  • la réaffirmation de l’action de lutte contre le dérèglement climatique de l’ALEC
  • l’affirmation de la dualité de son modèle qui porte les valeurs du service public (neutralité et indépendance) et l’engagement de l’associatif
  • l’évolution en 2020 de sa gouvernance afin de mieux intégrer les acteurs du territoire (citoyens et acteurs économiques).

Enfin, l’Assemblée générale ordinaire a permis de présenter et voter le rapport moral du président, les bilans d’activité et financier et de présenter le programme d’action 2019 et le budget prévisionnel.

Vous pouvez retrouver les résolutions votées et le diaporama de présentation sur la page dédiée à l’Assemblée générale.

A Dunkerque, du 22 au 24 janvier dernier se tenaient les 20èmes Assises Européennes de la Transition Energétique. Ce rendez-vous, incontournable pour les territoires, constituent une opportunité inédite de rencontres, d’échanges, de découvertes et d’inspiration.

Pendant 3 jours, près de 3000 participants représentant les élus, les collectivités locales, les institutionnels, les organismes privés et associatifs se sont réunis autour du fil rouge 2019 « Des territoires engagés et solidaires ».

En effet, les territoires n’ont jamais été aussi engagés et nous avons pu noter que la transition énergétique s’y incarne car ce sont des espaces d’actions, d’innovations et d’initiatives. Les collectivités ont pu mettre en avant leur savoir-faire et présenter des projets ambitieux. C’est sans aucun doute le signe que, dans le domaine de la transition énergétique, nous avons changé de verticalité, les initiatives viennent des territoires et concernent tous les citoyens.

Certes l’Etat reste le régulateur, il cadre l’organisation par des prescriptions, des règlementations, mais il doit aussi mobiliser les énergies en favorisant les projets locaux.

Nous le savons tous, les enjeux sont énormes, le temps presse et c’est à chacun de nous de préparer un futur plus désirable.

Ces assises nous ont montré que notre société fourmille d’expériences porteuses d’espoir, alors continuons de rester actifs !

Jean Pierre STEPHAN, Administrateur de l’ALEC, Adjoint à Ploufragan, Conseiller Communautaire de Saint-Brieuc Armor Agglomération

© Ouest-France

A l’occasion des 20 ans d’Ener’gence, l’agence Energie-Climat du Pays de Brest, les 6 agences bretonnes et le Pays de Fougères se sont réunies pour créer Breizh ALEC, une association régionale dédiée à la transition énergétique en Bretagne.

Les régions étant devenues depuis 2013 cheffes de file de la politique énergie climat en France, l’association régionale des 6 ALEC et du Pays de Fougères doit permettre de gagner en efficacité, animer et coordonner des opérations d’envergure régionale, avec l’objectif commun de faire de la Bretagne une région innovante et exemplaire en matière de transition énergétique et environnementale, résiliente face au changement climatique.

Plus d’informations :

Le bois déchiqueté qui alimente nos chaufferies collectives est-il réellement durable ? Comment éviter que le bocage ne soit pillé et que des groupes privés peu consciencieux, cherchant la rentabilité à court terme, ne remportent trop facilement les marchés de fourniture face aux initiatives de gestion durable de la ressource ?

En mai 2016, un collectif national de structures compétentes sur la filière bois-énergie agricole (dont des costarmoricains : la SCIC Bocagenèse, Lannion-Trégor Communauté et le Bassin Versant du Léguer) ont démarré un projet de certification du bois valorisant la gestion durable du bocage. Ce système de certification doit permettre de renforcer et de reconnaître une filière agricole de production de cette ressource gérée durablement chez les agriculteurs-producteurs, et notamment :

  • De valoriser le travail de gestion durable des producteurs de bois bocage,
  • D’apporter aux différents acteurs du marché de la sécurité, de la traçabilité et de la transparence dans la chaine de gestion et de production du bois de bocage,
  • De bénéficier de nouveaux débouchés pour mieux vendre le bois de bocage,
  • De répondre aux préoccupations des consommateurs et aux exigences des pouvoirs publics,
  • De faciliter l’accès aux appels d’offre des marchés publics.

La sortie de ce label national est prévue pour fin 2018.

Plus d’information :