isolation

Au 1er octobre, le tarif réglementé du gaz augmentera de 2%. Ce sera la troisième augmentation de l’année 2012. Au total le prix du gaz de réseau aura pris près de 10% en un an. Pour limiter l’impact sur nos porte-feuilles de cette hausse, il nous faut diminuer nos consommations.

Principe de fonctionnement d’une chaudière à condensation © Hippocampe/Ademe EIE

Pour faire des économies d’énergie, tous les gestes comptent.

Le chauffage est le premier poste de consommation de gaz dans un logement (65%). Le moindre geste que nous pouvons faire aura donc un impact fort. Parmi ces gestes, nous pouvons citer la fermeture des volets et des rideaux dès que le soleil est couché. Cela permet de diminuer les déperditions par les fenêtres et de réduire la sensation de paroi froide. Le choix des températures de chaque pièce est également déterminant. Il est conseillé de limiter la température du salon et pièces de vie à 19°C et 16°C dans les chambres. Évidemment, ces températures sont indiquées en cas de présence dans la maison. Pendant les périodes d’absence, elles peuvent être diminuées. A titre d’exemple, si je diminue la température de mon salon de 1°C (je passe de 20°C à 19°C), je fais 7% d’économie d’énergie !
Et pour que ma chaudière fonctionne correctement, je dois l’entretenir au moins une fois par an. Cela permet de vérifier qu’elle est bien réglée, que la température de l’eau chaude n’est pas trop élevée… Et hop, encore 8% à 12% d’économie !
La cuisson ne doit pas être oubliée, elle représente 6,5% des consommations d’énergie de mon logement. Alors, lorsque je suis derrière les fourneaux, j’utilise des couvercles sur mes casseroles (30% d’énergie en moins) et j’adapte mon récipient à la taille de mon feu.

L’isolation, un investissement rentable.
Pour diminuer mes consommations de chauffage, au delà des gestes, il y a également des travaux qui peuvent s’avérer rentables notamment l’isolation. En effet, elle permet de limiter à la chaleur de sortir de ma maison. Pour cela, la priorité sera donnée à une bonne isolation de la toiture (environ 30% des déperditions de chaleur), puis les murs (environ 25%), enfin les fenêtres (environ 13%). Mais si j’engage des travaux d’isolation, je dois également penser au renouvellement de l’air qui peut se faire grâce à ventilation mécanique contrôlée (VMC). On peut se demander pourquoi, en faisant sortir de l’air chaud, je fais des économies ? En améliorant l’isolation de mon logement, je le rends plus étanche à l’air. Il y a donc moins de renouvellement et la vapeur d’eau qui se dégage de mes activités (cuisine, douche…) et par ma simple présence (par la respiration, la sueur…) s’accumule dans l’air intérieur. Or, comme nous le savons bien en Bretagne, à température égale, dans un air humide, la sensation de froid est plus importante. Plus l’air est humide et plus nous avons tendance à vouloir augmenter le chauffage.
En isolant ma maison, je peux diviser ma consommation de chauffage par deux voire plus !
Un autre investissement qui peut s’avérer intéressant est le remplacement de la chaudière (si celle-ci est assez ancienne). Dans ce cas, la réflexion sur une chaudière à condensation (cf schéma si ci-dessus) est à prendre en compte ou bien un changement d’énergie pour aller vers celle dont le coût devrait être relativement stable comme le bois par exemple.
Pour toutes ces questions, l’Espace Info-Energie de Saint-Brieuc peut vous aider à faire un bilan de vos consommations, évaluer avec vous les gestes ou les investissement les plus pertinents et vous orienter vers les aides financières existantes. Son conseil est neutre, objectif, gratuit et accessible sur rendez-vous ou par téléphone au 0805 203 205.

pour aller plus loin :
guide Ademe « Chauffage, régulation, eau chaude« .
guides des Espaces Info-Energie Bretons : « Économies d’énergie, des gestes qui comptent« , « La rénovation thermique« , « Les équipements performants dans l’habitat« .

Comment choisir un artisan ? C’est une question que se pose toute personne qui souhaite faire des travaux dans son logement. Pour accompagner et aider le particulier à faire son choix, l’ADEME et le Ministère du Développement durable ont créé une mention « Reconnu Grenelle de l’Environement ».
L’objectif de ces deux organismes est de valoriser les entreprises qui sont engagées dans une démarche de qualité. De la même manière, c’est un indice de confiance pour le particulier.
Pour bénéficier de cette mention, l’entreprise doit déjà avoir un label de qualité : Qualibat, Qualifélec, Qualit’ENR, Eco Artisan (Capeb) et les Pros de la performance énergétique (FFB). Ce n’est donc pas un nouveau label, mais une reconnaissance de ceux déjà existants.
Montée en compétence des entreprises
Pour obtenir la mention, les organismes porteurs de labels ont dû signer une charte d’engagement qui garantit leur indépendance de tout fournisseur d’énergie et qui leur impose de réaliser des formations et des contrôles des installations réalisées par les entreprises certifiées.

Jusqu’à présent, les organismes porteurs de labels proposaient des formations spécifiques aux entreprises, mais n’avaient pas d’obligation  de contrôle (même si certains le faisaient déjà). Depuis la signature de cette charte d’engagement, toutes entreprises labellisées pourra et sera contrôlées régulièrement sur ses installations. Il sera également possible de lui retirer son label en cas de contrôle défaillant.
L’idée de l’ADEME et du Ministère du Développement durable est de valoriser les entreprises labellisées et d’inciter ainsi les autres à suivre les formations. C’est le principe du gagnant-gagnant : plus il y aura d’entreprises formées et donc labellisées, plus les travaux effectués seront de bonne qualité.

Retrouver plus d’information sur le site du Ministère du Développement durable et sur celui de l’ADEME.
Pour vous aider dans le choix de vos artisans ou pour relire vos devis, votre Conseiller Info-Energie est à votre disposition à l’Agence Locale de l’Energie du Pays de Saint-Brieuc.