fourniture d’énergie

Kerwatt vous invite à un ciné-débat sur le thème de l’énergie citoyenne
Le jeudi 24 mars à 18h30, salle du Karaez Park à Trémuson. 

« WeThePower » est un film produit par la marque de vêtements éco-conçus Patagonia en partenariat avec le réseau Énergie Partagée, qui aborde le thème de la transition et la façon dont les citoyens peuvent produire eux-mêmes leur énergie. Suite à la projection, une présentation permettra d’ouvrir les débats et de répondre aux questions des participants. 

Un projet local de centrale solaire photovoltaïque

La projection du film et le débat feront le lien avec un projet local d’énergie citoyenne, qui va être réalisé prochainement sur l’entrepôt de TINATUR (société commercialisant des matériaux biosourcés) : une centrale solaire photovoltaïque de 500 m2 sera bientôt construite sur sa toiture. 

Le projet a été initié par l’association Trégor Energ’éthiques (Lannion) et réalisé par la SAS citoyenne & bretonne Kerwatt.  

La campagne de financement citoyen, lancée en novembre dernier, est toujours d’actualité : le collectif est à la recherche de nouveaux souscripteurs souhaitant accompagner et encourager le projet. 

« Mener la transition à l’échelle de la Région » 

L’association régionale Kerwatt souhaite développer ces collectifs en local sur chaque territoire pour faire émerger des structures, et proposer un accompagnement des nouveaux bénévoles dans la mise en œuvre de nouveaux projets d’énergie citoyenne. 

Contact Trégor Energ’éthiques (22) : tregorenergethiques@gmail.com 
Contact Kerwatt (Bretagne) : action@kerwatt.bzh 

La SAS Kerwatt a été créée en 2020 par quatre associations bretonnes membres du réseau breton Taranis et du réseau national Énergie Partagée et rejointe par une cinquième association en 2021 : Soulaï Watt (Vitré)

L’argus des énergies, suivi mensuel des prix de l’énergie assuré par notre réseau Rénov’ Habitat Bretagne, ne trompe pas. Sur la dernière année, l’électricité a en moyenne augmenté de 28%, le gaz naturel de 68%, le fioul domestique de 37% ou encore le propane de 12%. 

Ces hausses de l’énergie sont en majeure partie dues à notre dépendance aux énergies fossiles, importées de l’étranger, et ont plusieurs origines complexes : 

  • des contraintes techniques (des stocks de gaz initialement bas en Europe, arrêt de centrales nucléaires, blocage du canal de Suez, etc)
  • politiques (tensions entre la Russie et l’Europe, etc) 

Tout ceci se répercute également sur le prix de l’électricité. Car même si sa production est assez peu liée aux énergies fossiles en France, nous sommes tout de même dépendants de pays voisins lors des périodes de forte demande, ainsi que soumis à la régulation du prix au niveau européen en fonction des tarifs des autres énergies (notamment du gaz). De plus, depuis l’ouverture au marché du secteur de l’énergie sans mise en place d’une régulation suffisamment stricte, le gouvernement ne peut plus maîtriser les prix sur des longues durées. Cela a pour conséquence de voir des hausses soudaines et importantes. 

En comparaison, l’approvisionnement en énergies locales et renouvelables comme le bois permet de limiter notre dépendance aux énergies fossiles acheminées depuis d’autres pays. Par ailleurs, le prix du bois n’étant pas indexé sur le prix du pétrole (contrairement au gaz par exemple), les hausses des autres énergies ont donc peu d’impact sur lui. Au cours de la dernière année, le bois granulés en sacs n’a augmenté que de 3%, le bois granulé en vrac (livré par camion) a diminué de 3% et le bois bûches a diminué de 15%. Et l’énergie solaire (apport passif, chauffe-eau ou chauffage solaire) quant à elle, reste toujours gratuite !

Pour conclure, rappelons que l’énergie la moins chère est celle que l’on ne consomme pas.

À l’échelle individuelle, la diminution des besoins en énergie passe d’abord par les écogestes, l’amélioration de l’enveloppe de la maison (isolation, fenêtres, étanchéité à l’air…), avant même d’envisager le changement de système de chauffage. 

Pour faire le point sur vos factures et sur les travaux que vous envisagez, n’hésitez pas à contacter l’ALEC pour prendre rendez-vous avec un conseiller.

En savoir +

Dans le cadre d’une réflexion sur la mise en place de panneaux photovoltaïques sur son patrimoine, la Ville de Plérin s’est rendue dans la commune de Langouët en Ille-et-Vilaine. Cette petite commune de 600 habitants est connue pour son côté précurseur et son dynamisme dans le domaine du photovoltaïque.

Photos ©
smile-smartgrids.fr / bruded.fr

En effet, la première installation de 30 m² en bacs lestés sur une toiture terrasse, qui intéressait particulièrement la Ville de Plérin, a été mise en œuvre en 2004. Ce type d’installation, encore relativement confidentielle, que souhaitait voir la Ville de Plérin, a été identifiée par l’ALEC grâce à son homologue Rennaise. Ce système permet de ne pas avoir à perforer l’étanchéité de la toiture terrasse existante pour fixer les panneaux. Une technique particulièrement propice pour le projet de production photovoltaïque en autoconsommation que porte la Ville de Plérin sur sa cuisine centrale puisque la toiture vient d’être rénovée.

Un retour d’expérience intéressant

Celui-ci montre que la production est conforme à ce qui était attendu, mais également que les performances de l’installation se maintiennent dans le temps (16 ans !) avec des opérations de maintenance relativement réduites. Cette installation ayant fait ses preuves, cela a incité la commune à poursuivre sa stratégie de déploiement des centrales photovoltaïques.
Ce sont ensuite trois autres installations photovoltaïques qui ont été réalisées sur la mairie (21m²), le pôle enfance (35 m²) ainsi que sur le centre technique municipal (180 m²) !

Un tracker solaire de 75m²

Cette visite a également été l’occasion de voir la dernière réalisation de la commune qui, soutenue en cela par la SEM energ’iV du SDE 35, a mis en place un tracker solaire de 75m². Ces panneaux, installés sur un mat motorisé, suivent la course du soleil. Ce dispositif a été retenu car l’ensemble des toitures du patrimoine communal avait été équipées. Spécificité de l’installation, la production est autoconsommée en direct par un groupe de clients locaux (8 particuliers et 1 agriculteur) qui sont réunis au sein d’une boucle d’autoconsommation collective.

Cette visite organisée par les services de la Ville en lien avec Mickael LAURENT de BRUDED a été très enrichissante grâce aux apports techniques de Pierre MOAL technicien à Energ’iV. Elle a permis à la Ville de Plérin de mieux identifier les ingrédients nécessaires à la mise en place d’une stratégie de développement des moyens de productions d’origine renouvelable sur un patrimoine.
Les points essentiels ayant été soulignés par Jean-Luc DUBOIS Maire de Langouët : « la constance dans l’effort et un bon accompagnement technique ».

Pour aller + loin :

Le service de Conseil en Énergie Partagé (CEP) tiendra son 8e Comité de Pilotage

le Jeudi 15 Octobre prochain à 14h
Salle du Vieux Moulin à Andel.

L’occasion pour le service CEP de L’ALEC de présenter les actions mises en œuvre par le service, d’échanger sur les modalités de financement du service et de recueillir les attentes des communes adhérentes et des partenaires pour l’année 2021 qui s’annonce.
Vous pouvez retrouver l’ordre du jour complet en téléchargeant l’
invitation.

Pour faciliter l’organisation, merci de confirmer votre présence par email à l’adresse : contact@alec-saint-brieuc.org.

Les Conseillers en Énergie Partagés

Des entreprises font actuellement du démarchage à domicile et proposent des installations photovoltaïques pour de l’autoconsommation.

Ces installations sont présentées comme se finançant elles-mêmes, par l’économie d’électricité générée par l’autoconsommation d’une part, et par la vente du surplus de production pour le reste. S’il est vrai que l’autoconsommation de l’électricité produite par les panneaux fait économiser de l’argent sur sa facture d’électricité, une installation photovoltaïque ne pourra être rentable que si les habitudes de consommation des habitants du logement correspondent à la production solaire.

Lors de propositions d’installations photovoltaïques, il faut savoir que les techniques envisagées ne sont pas toujours adaptées à la situation du bâtiment et les coûts pratiqués sont souvent très au-dessus des tarifs constatés habituellement.

Si vous êtes démarché,
il est fortement conseillé de ne rien signer.

En effet, les documents présentés sont systématiquement des bons commandes (une fois signés, ils ont valeur de contrat, vous êtes donc engagés). Si vous avez déjà signé un document sachez que vous pouvez vous rétracter dans un délai de 14 jours après la livraison du matériel sans aucun frais en envoyant à l’entreprise un courrier en recommandé avec accusé de réception. Si le délai de rétractation est dépassé, il est possible de faire annuler le contrat en sollicitant l’aide d’une association de consommateurs. Attention, une fois que les travaux sont commencés, il est souvent très difficile d’obtenir des recours.

De plus, il pourra vous être dit que ces installations bénéficient d’aides de l’État, sur le modèle d’autres opérations d’économies d’énergie, comme des travaux de remplacement de chauffage par exemple. En réalité ces installations bénéficient de contrats d’achat de l’électricité, encadrés par l’État, qui fixent les tarifs de vente du surplus de production ainsi que le montant d’une prime pour l’autoconsommation. Ces installations ne bénéficient pas du crédit d’impôt transition énergétique ni d’autres aides à la rénovation énergétique.

Dans tous les cas, si vous vous posez des questions sur des travaux de rénovation énergétique de votre logement (isolation, chauffage, énergies renouvelables…), les conseillers de l’Agence Locale de l’Énergie et du Climat (ALEC) sont à votre disposition pour y répondre de manière neutre, objective et gratuite, par téléphone, email, en rendez-vous dans nos locaux de Saint-Brieuc, ou lors d’une de nos permanence.

L’ALEC est partenaire de l’Espace Info Habitat et de Bonjour Habitat, les dispositifs pour l’amélioration de l’habitat porté par Saint-Brieuc Armor Agglomération et Lamballe Terre & Mer.

Pour tout renseignement, n’hésitez pas à contacter l’ALEC au 02 96 52 15 70.

Liens utiles :