économie d’énergie

actu_bilan_elec_2014RTE (Réseau de Transport d’Electricité) vient de publier le bilan électrique français pour l’année 2014. Il en ressort trois points importants : la consommation électrique française a baissé de 6% par rapport à 2013, la part d’électricité d’origine renouvelable a augmenté pour atteindre près de 20% des consommations, et les émissions de gaz à effet de serre ont diminué de 40%. Toutefois, il est important de nuancer ces résultats.

D’abord, la baisse des consommations électriques est essentiellement due à la clémence de l’année 2014 (la plus chaude depuis  le début du XXème siècle). Si l’on corrige la consommation des aléas climatiques, alors la baisse des consommations n’est plus que de 0,4%, en lien avec un ralentissement de l’activité économique et avec des actions d’efficacité énergétique.

Ensuite, l’augmentation de la part des renouvelables est effectivement due à de nouvelles installations notamment éoliennes et photovoltaïques… mais si l’on atteint un taux de 20%, c’est surtout grâce à la baisse des consommations : si la consommation avait été celle de 2013, la production n’atteindrait pas les 20%.

Enfin, la baisse importante des émissions de gaz à effet de serre est également directement liée à la baisse de la consommation : les centrales thermiques fossiles (charbon, fioul, gaz), qui sont les principales émettrices de gaz à effet de serre du système électrique français, sont principalement utilisées pour assurer l’appoint de production lors des pics de consommation hivernaux.  L’année 2014 ayant présenté peu d’épisodes de froid et donc de pics de consommation, il n’a pas été nécessaire d’avoir recours à ces centrales, ce qui explique en grande partie la diminution globale des émissions de gaz à effet de serre.

L’exemple de l’année 2014 illustre bien comment la réduction des consommations d’énergie amène avec elle trois effets induits positifs : la réduction des émissions de gaz à effet de serre, l’augmentation du taux de couverture en renouvelables, auxquels on pourrait ajouter la baisse de la facture pour le consommateur final et pour le pays tout entier…

 

Pour aller plus loin :

???????????????????????????????Sur ce graphique, l’évolution des émissions de gaz à effet de serre et de la
facture énergétique de la Ville de Trégueux, dans le scénario « tendanciel ».

La démarche de Plan Climat Communal a été initiée par Saint-Brieuc Agglomération dans le cadre de son propre Plan Climat Energie Territorial (PCET), et mise en oeuvre par l’ALE auprès des communes de l’Agglomération. Elle vise à définir, conjointement avec les élus et les services techniques d’une commune, des scénarios pluriannuels de travaux plus ou moins ambitieux sur le patrimoine communal, et de modéliser leur impact sur les consommations d’énergie et les émissions de gaz à effet de serre de la commune à l’horizon 2020.

La commune bénéficie ainsi d’une feuille de route pour la rénovation énergétique de son patrimoine, afin d’atteindre les objectifs de réduction de consommation et d’émission de gaz à effet de serre.

Aux Assises nationales de l’énergie à Bordeaux, le conseiller CEP en charge de cet accompagnement a présenté à titre d’exemple les résultats obtenus sur la Ville de Trégueux qui a été la première à se lancer, avec enthousiasme, dans la démarche. Ces rencontres annuelles réunissent élus et techniciens des collectivités (1500 participants pour cette première édition bordelaise), et permettent de bénéficier de nombreux retours d’expérience et de présenter ses propres travaux.

Six autres communes de l’agglomération se sont engagées dans cette démarche volontaire : Hillion, Langueux, Plérin, Ploufragan, Saint-Julien, Trégueux, Yffiniac.

Réaliser un diagnostic socio-technique au domicile de ménages en précarité énergétique, c’est l’objectif d’une formation, unique en Bretagne, proposée par Askoria. Cette formation est proposée à différents publics avec une entrée modulaire en fonction du profil des stagiaires :

– pour les travailleurs sociaux sur 4 jours (identification et qualification de la situation du ménage, proposition de conseils personnalisés, installation de petits matériels économes, réalisation et présentation d’un bilan de consommation)

– pour les techniciens énergie sur 3 jours (évaluation de la situation socio-économique du ménage, recueil des pratiques quotidiennes, proposition de conseils personnalisés, réalisation et présentation d’un bilan de consommation)

– pour les ambassadeurs des économies d’énergie sur 8 jours (organiser son déplacement au domicile du ménage, identification et qualification de la situation du ménage sur les aspects socio-économique et de performance du bâti, proposition de conseils personnalisés, installation de petits matériels économes, réalisation et présentation d’un bilan de consommation).

Cette formation s’effectue à 2 voix avec un technicien de l’ALE pour les aspects énergétiques purs et une formatrice d’Askoria pour les aspects sociaux, de communication…

La prochaine session d’information se déroulera les jeudis et vendredi de mars sur le site d’Askoria à Rennes.

Plus d’information sur le site d’Askoria ou en téléchargeant la plaquette de présentation.

d-C3-A9bat-hillionVous avez décidé d’engager des travaux d’économie d’énergie (isolation, chauffage…) ? Voici quelques éléments pour mettre toutes les chances de votre côté pour que ce soit un chantier réussi. Tout d’abord, il est important de vous renseigner sur l’entreprise en faisant marcher le bouche-à-oreille, en allant voir des chantiers… Vous pouvez vous appuyer sur les signes de qualité « Reconnu Garant de l’Environnement » (RGE). Ensuite, en faisant établir plusieurs devis, vous pourrez comparer les techniques, les discours et les prix. Quelques critères importants : vérifier la santé financière de l’entreprise, demander une attestation d’assurance pour les travaux concernés et privilégier les professionnels locaux (ce qui facilite le contact et la réactivité). Attention, un devis signé a valeur de contrat, il vous engage. En cours de chantier, un passage régulier est important pour faire le point avec le professionnel et s’adapter en cas d’imprévu. Enfin, il est conseillé de réceptionner le chantier en faisant une visite avec le professionnel pour établir un procès-verbal de réception sur lequel vous pouvez mentionner les réserves éventuelles. Ce document doit être signé par vous et l’entreprise.

Pour d’information, contactez votre Conseiller Info-Energie.