économie d’énergie

Après l’incendie de son ancienne salle Omnisports, la Ville de Langueux s’est rapidement engagée dans un projet de reconstruction d’un équipement essentiel à la vie associative et sportive de la ville.

Assistée de son conseiller CEP, Langueux, Commune volontaire dans la maitrise des consommations d’énergie, avait formalisé, dès la phase « programme », le souhait d’obtenir un bâtiment très économe pour se laisser la possibilité de candidater à l’appel à projets régional de l’ADEME et de la Région sur les bâti ments performants.

Suite à une phase de concours, c’est l’Agence NUNC Architectes et l’équipe de maitrise d’œuvre coordonnée par l’architecte Pierre BEOUT qui a été sélectionnée pour mener à bien le projet. Pour la thématique énergie en particulier, c’est le bureau d’études brétillien HINOKI qui assure les études et la rédaction des pièces techniques.

Après une phase de 9 mois où les échanges techniques entre l’équipe de maîtrise d’œuvre, la Ville et l’ALEC ont été très fréquents pour les études avant-projet, le bâtiment est à présent  en phase travaux. Le gros œuvre et la charpente bois en cours, les contours de ce nouvel édifice se font de plus en plus précis. Les entreprises à l’œuvre prennent grand soin de parfaire l’étanchéité à l’air, conformément aux préconisations de l’équipe de maitrise d’œuvre et aux souhaits de la commune de disposer d’un équipement performant.

De ce point de vue, la salle Omnisports, conçue avec une part significative de matériaux biosourcés, aura de faibles besoins énergétiques et une production d’énergie photovoltaïque en autoconsommation avec stockage, ce qui devrait lui permettre d’atteindre à terme le niveau Energie 3 – Carbone 2 du label E+/C- (Energie plus / Carbone moins).

Le bâtiment, dont la livraison est attendue pour mi-2019, deviendra sans doute une des références régionales de la performance environnementale pour un équipement dédié à la pratique sportive.

Plus d’information :

Lamballe Terre et Mer s’engage en tant que Territoire à énergie positive pour la croissance verte (TEPCV) et vous aide à relever le défi !

Les Conversations Carbone c’est :

  • un groupe d’habitants intéressés et prêts à changer quelques habitudes (10 personnes),
  • des échanges, des animations, des jeux pour que chacun trouve les solutions qui lui conviennent, avec le soutien du groupe, pour devenir plus sobre en carbone,
  • 6 ateliers thématiques et conviviaux.

Plusieurs sessions de Conversations sont prévues sur 2018 et 2019. La 1ère démarre le 20 septembre et se déroulera sur Lamballe.

Au programme des ateliers (19h-21h) :

  • Atelier 1, 20 sept. : L’avenir à faible carbone
  • Atelier 2, 4 oct.  : L’énergie à la maison
  • Atelier 3, 18 oct. : La mobilité
  • Atelier 4, 8 nov. : L’alimentation et la consommation d’eau
  • Atelier 5, 29 nov. : La consommation et les déchets
  • Atelier 6, 10 janv. : Définition d’un plan individuel de réduction de ses émissions sur plusieurs années

Le programme est gratuit pour les participants, le seul engagement est la participation aux 6 ateliers !

 

Pour plus d’information et pour vous inscrire, contactez Alice ou Verlaine au 02 96 52 15 70 (contact@alec-saint-brieuc.org).

 

Pour aller plus loin :

(c) Ademe – Hippocampe

En partenariat avec la Ville de Saint-Brieuc et Saint Brieuc Armor Agglomération, l’ALEC a organisé le 24 mai dernier une session d’information sur le décret « travaux embarqués » pour les services d’urbanisme des communes de Saint-Brieuc et de la 1ère couronne. Ce décret, issu de l’article 14 de loi transition énergétique pour la croissance verte, impose, depuis 2017, la mise en œuvre d’une isolation thermique à l’occasion d’importants travaux de rénovation des bâtiments, par exemple au moment d’un ravalement de façade, d’une réfection de toiture ou encore de la transformation d’un garage ou de combles en pièces habitables.

Sur le territoire, environ 38% des bâtiments sont susceptibles d’être impactés par ce décret en cas de travaux de ravalement ou réfection de toiture. Les dérogations possibles, encadrées par la loi, pourront s’appliquer principalement pour les bâtiments comportant des matériaux sensibles à l’humidité (pierre, bois, ..) ou ayant été récemment isolés.

La première partie de cette rencontre consistait à apporter un éclairage technique sur le décret et son impact sur les projets (niveau de performance énergétique demandé et cohérence avec le seuil des aides financières, surcoût moyen d’un projet de ravalement devant intégrer de l’isolation, calcul du temps de retour intégrant les différentes aides financières…).

En seconde partie, les intervenants, Maitre Guillotin, avocat en droit immobilier, et Maitre Poilevet, avocate en droit de l’urbanisme, ont apporté une analyse juridique de l’application de ce décret, notamment sur l’ensemble des points suivants : cas d’application, justificatifs et procédures pour les cas de dérogations, sanctions encourues…

Enfin, ils ont également abordé la question de l’accompagnement possible des maitres d’ouvrage par les collectivités autant sur le volet coercitif qu’incitatif.

Contacts :

  • Maxime Sampeur, conseiller technique rénovation et référent « pros » à l’ALEC : maxime.sampeur@alec-saint-brieuc.org – 02 96 52 56 51
  • Avocats SCP Guillotin-Poilvet-Auffret : 02 96 77 37 00 – contact@guillotinpoilvet.com

Documents à télécharger :

Jeudi 21 juin, les partenaires de la Plateforme de la Rénovation de l’Habitat de Saint-Brieuc Armor Agglomération « RENOVACTION » se réunissaient à la Chambre de Métiers et de l’Artisanat des Côtes d’Armor pour faire le bilan des actions conduites depuis le 1er janvier 2017. Face aux résultats prometteurs, près de 1800 projets de travaux de rénovation accompagnés, la cinquantaine de participants a été invité à réfléchir à de nouvelles actions. La feuille de route est dressée, toujours plus communiquer, accompagner les professionnels à prescrire des solutions de travaux efficaces, adaptées et pérennes. Le chantier est ambitieux, mais la volonté de mieux faire ensemble permettra surement d’aller plus loin.

Plus d’information :

démarchage abusifSurfant sur la vague de la rénovation énergétique, des entreprises sans scrupule usent de pratiques commerciales frauduleuses. Nous constatons un nombre croissant de signalements ces derniers jours : discours mensongers, pressions du vendeur à signer rapidement ou encore tarifs exorbitants.

Reconnaître un démarchage abusif

Le démarchage se déroule par téléphone ou à domicile, les commerciaux sont souvent pressants. Ils utilisent des argumentaires mensongers en annonçant des diagnostics énergétiques obligatoires en 2018 (seul le DPE est obligatoire en cas de vente ou de mise en location).

Certains « professionnels » se targuent d’être commandités par l’Etat, l’ADEME ou les collectivités, ou font référence à la Loi de Transition Energétique. Aucun de ces organismes ne mandatent d’entreprises pour démarcher les propriétaires.

En revanche, l’Agglomération de St Brieuc, dans le cadre de RENOVACTION, a mis en place un accompagnement pour les propriétaires souhaitant améliorer leur logement. Ces propriétaires peuvent bénéficier d’une évaluation énergétique gratuite ou remboursée à hauteur de 80% (en fonction des ressources) leur permettant d’avoir un état des lieux et des scénarios de travaux. Les professionnels réalisant ces évaluations ne peuvent pas orienter vers des entreprises ou des technologies particulières, ce qui garantit l’objectivité de l’analyse.

Vous pensez avoir été victime d’un abus ? Vous avez-des doutes ?

C’est trop tard, vous avez signé : n’oubliez pas que vous avez 14 jours pour vous rétracter.

Pour plus d’information, contactez-nous !