Pays de Saint-Brieuc

Dans le cadre d’une réflexion sur la mise en place de panneaux photovoltaïques sur son patrimoine, la Ville de Plérin s’est rendue dans la commune de Langouët en Ille-et-Vilaine. Cette petite commune de 600 habitants est connue pour son côté précurseur et son dynamisme dans le domaine du photovoltaïque.

Photos ©
smile-smartgrids.fr / bruded.fr

En effet, la première installation de 30 m² en bacs lestés sur une toiture terrasse, qui intéressait particulièrement la Ville de Plérin, a été mise en œuvre en 2004. Ce type d’installation, encore relativement confidentielle, que souhaitait voir la Ville de Plérin, a été identifiée par l’ALEC grâce à son homologue Rennaise. Ce système permet de ne pas avoir à perforer l’étanchéité de la toiture terrasse existante pour fixer les panneaux. Une technique particulièrement propice pour le projet de production photovoltaïque en autoconsommation que porte la Ville de Plérin sur sa cuisine centrale puisque la toiture vient d’être rénovée.

Un retour d’expérience intéressant

Celui-ci montre que la production est conforme à ce qui était attendu, mais également que les performances de l’installation se maintiennent dans le temps (16 ans !) avec des opérations de maintenance relativement réduites. Cette installation ayant fait ses preuves, cela a incité la commune à poursuivre sa stratégie de déploiement des centrales photovoltaïques.
Ce sont ensuite trois autres installations photovoltaïques qui ont été réalisées sur la mairie (21m²), le pôle enfance (35 m²) ainsi que sur le centre technique municipal (180 m²) !

Un tracker solaire de 75m²

Cette visite a également été l’occasion de voir la dernière réalisation de la commune qui, soutenue en cela par la SEM energ’iV du SDE 35, a mis en place un tracker solaire de 75m². Ces panneaux, installés sur un mat motorisé, suivent la course du soleil. Ce dispositif a été retenu car l’ensemble des toitures du patrimoine communal avait été équipées. Spécificité de l’installation, la production est autoconsommée en direct par un groupe de clients locaux (8 particuliers et 1 agriculteur) qui sont réunis au sein d’une boucle d’autoconsommation collective.

Cette visite organisée par les services de la Ville en lien avec Mickael LAURENT de BRUDED a été très enrichissante grâce aux apports techniques de Pierre MOAL technicien à Energ’iV. Elle a permis à la Ville de Plérin de mieux identifier les ingrédients nécessaires à la mise en place d’une stratégie de développement des moyens de productions d’origine renouvelable sur un patrimoine.
Les points essentiels ayant été soulignés par Jean-Luc DUBOIS Maire de Langouët : « la constance dans l’effort et un bon accompagnement technique ».

Pour aller + loin :

La voiture électrique

Après une petite pause estivale, les Tutos de l’ALEC sont de retour avec un nouveau numéro sur la voiture électrique.
Fonctionnement, recharge, coût, test d’accélération… notre pilote Baptiste vous donne quelques clés pour en savoir plus sur les véhicules électriques.

Attachez bien vos ceintures !

Le jeu : Mémobilité, une nouvelle version du memory

Téléchargez et imprimez le jeu pour jouer avec Baptiste sur le thème des moyens de transport !

Quelques liens pour aller + loin :

Web-conférence : informez-vous à domicile !

Rénover, acheter, construire, investir… à quelles aides financières pouvez-vous prétendre ?
L’Espace Info Habitat (EIH) de Saint-Brieuc Armor Agglomération, en association avec l’ADIL, et l’ALEC du Pays de Saint-Brieuc vous proposent une web-conférence sur les aides financières 2020 et les actualités en matière de rénovation énergétique.
Posez vos questions… sans bouger de chez vous !

Le jeudi 9 juillet à 18h (gratuit)

Pour assister à cette Web-conférence, il est obligatoire de s’inscrire
par téléphone au 02 96 77 30 70 ou par e-mail à infohabitat@sbaa.fr.

Inscrivez-vous > obtenez un lien > utilisez-le pour vous connecter avec les conseillers de l’Espace Info Habitat.

L’ALEC du Pays de Saint-Brieuc fait partie des 28 structures lauréates pour la mise en oeuvre locale du programme ACTIMMO, jusqu’en avril 2021 .

De quoi s’agit-il ?

Actimmo est un programme de sensibilisation et de formation des acteurs de la transaction immobilière (agents immobiliers, conseillers bancaires et notaires) aux enjeux de la rénovation énergétique de l’habitat.

Porté par le CLER – Réseau pour la transition énergétique, en partenariat avec Hespul (association spécialisée dans le développement des énergies renouvelables), Actimmo est déployé dans le cadre du dispositif des programmes CEE coordonné par le Ministère de la Transition Écologique et Solidaire.

Il est mis en œuvre jusqu’en avril 2021 par 28 structures locales du réseau FAIRE (dont l’ALEC du Pays de Saint-Brieuc est membre), un service indépendant et gratuit chargé d’informer et d’accompagner les particuliers dans leur projet de rénovation.

Le programme vise à informer, mobiliser et outiller les professionnels de la transaction immobilière.

L’achat d’un bien immobilier étant un moment privilégié pour envisager une rénovation énergétique complète et performante, les professionnels du secteur sont des acteurs clés dans les projets d’économies d’énergie. Il est donc nécessaire qu’ils soient en mesure d’accompagner les acquéreurs pour qu’ils se posent les bonnes questions et obtiennent les bonnes réponses auprès de nos conseillers.

En savoir plus :

Quels sont les objectifs et les cibles du « décret tertiaire » ?

Entré en vigueur  le 1er octobre 2019, le décret tertiaire définit les modalités de mise en œuvre des obligations de réduction de la consommation d’énergie finale dans les bâtiments tertiaires publics et privés.

Ainsi, il fixe des objectifs de réduction des consommations pour les bâtiments de plus de 1 000 m², avec 2 options au choix du propriétaire ou preneur à bail :

  • Soit l’atteinte d’une valeur absolue déterminée par la catégorie d’activité
    (les niveaux seront fixés par un futur arrêté) pour 2030, 2040 et 2050,
  • Soit une baisse de 40 %, 50 % et 60% des consommations aux échéances citées ci-dessus.

Dans ce second cas de figure, l’année de référence devra être définie entre 2010 et 2019. Des modulations précisées dans un futur arrêté permettront de faire varier les objectifs. En effet, il sera tenu compte des contraintes techniques, architecturales ou patrimoniales, d’éventuels changement d’activité ou encore du temps de retour des actions par exemple.

Comment les données seront-elles renseignées ?

Les données caractéristiques des bâtiments et les consommations d’énergie finale de l’année de référence devront être renseignées avant le 30 septembre 2021 sur une plateforme numérique, dénommée OPERAT, mise en place par l’ADEME normalement à compter du 1er janvier 2020. Les propriétaires ou preneurs à bail devront ensuite les actualiser et renseigner la plateforme annuellement.

Quels moyens d’actions ?

Les leviers d’actions mobilisables pour l’atteinte des objectifs sont multiples. Ils peuvent bien entendu impliquer des travaux sur l’enveloppe (isolation, menuiseries, …) ou les systèmes (chauffage, eau chaude sanitaire, ventilation, éclairage, régulation, …). D’autre part, il sera important d’associer les usagers à un usage économe en énergie au travers d’actions de sensibilisation ou d’adaptation.

Quelles sont les sanctions prévues ?

Le décret tertiaire prévoit des sanctions financières et la publication sur un site internet de l’Etat du nom des structures publiques ou privées qui ne se seraient pas acquittées de leurs obligations.

Dans tous les cas, les conseillers énergie de l’Agence peuvent accompagner les structures ou collectivités adhérentes pour alimenter la base de données nationale ainsi que pour aider à  la définition des travaux envisageables pour satisfaire aux objectifs de réduction annoncés dans le décret.

En savoir plus :