L’Europe a soulevé la question de savoir si les pompes à chaleur sont un source directe d’énergie renouvelable. Et la réponse est « non, mais oui »…

Fonctionnement d’une pompe à chaleur – © Ademe / Hippocampe

Principe de fonctionnement
La pompe à chaleur permet de récupérer les calories ambiantes (dans l’air, le sol ou l’eau) et de les transférer à un fluide en les concentrant. Pour faire simple, avec de l’eau à 13°C, elle fait de l’eau à 50°C ou 60°C ! Sur le principe c’est extrêmement intéressant. Mais cette concentration en calories ne se fait pas sans une certaine dépense d’énergie liée au fonctionnement de pompes et ventilateurs notamment.

Les coefficients
Afin de se rendre compte de l’efficacité des pompes à chaleur et de pouvoir les comparer entre elles, deux coefficients ont été créés : le coefficient de performance (CoP) et le coefficient moyen annuel d’exploitation (CoE). Le CoP est un calcul standardisé qui permet connaître la dépense énergétique nécessaire en fonction d’une température ambiante définie (en général +7°C pour l’air) et d’une température de sortie de l’eau fixée également (en général +35°C pour alimenter un plancher chauffant). Prenons un exemple : une pompe à chaleur Aérothermique (ou air-eau) alimentée à l’électricité affichant un CoP de 4. Cela signifie que la pompe à chaleur va consommer 1kWh d’électricité pour produire 4kWh de chaleur dans des conditions de température d’air extérieur de 7°C et pour alimenter un plancher chauffant avec de l’eau à 35°C. Le CoP sera d’autant plus élevé que l’écart entre la température de l’air et celle de l’eau de chauffage sera faible.
Changeons maintenant un petit peu les paramètres pour se rapprocher des conditions réelles. Imaginons une période hivernale un peu plus fraîche avec une température de l’air qui tombe à 0°C. Le Cop peut alors descendre en dessous de 3, soit une consommation de 1kWh d’électricité pour une production de chaleur inférieure à 3 kWh. (Vous pouvez retrouver les CoP des pompes à chaleur certifiées NF sur le site internet de Certita, organisme de certification). Ces variations saisonnières sont donc à prendre en compte lors du choix d’un appareil. Pour cela, une Directive européenne (Energies renouvelables 2009/28) définit le Coefficient moyen annuel d’exploitation ou CoE. Celui-ci décrit le rendement réel d’un appareil au court de l’année entière.

Pompe à chaleur et énergie renouvelable
C’est grâce à ce dernier coefficient que l’Europe classe ou non les pompes à chaleur en énergie renouvelable. Pour une pompe à chaleur alimentée à l’électricité, il faut que le CoE soit au minimum de 2,9 pour qu’elle soit considérée comme une énergie renouvelable directe. Dans les autres cas, elle est décrite comme un outil favorisant certaines énergies renouvelables. Donc une pompe à chaleur ne doit pas systématiquement être considérée comme une énergie renouvelable ! Malheureusement, aujourd’hui, ce coefficient moyen annuel d’exploitation n’est pas mentionné dans les documents de présentation des appareils. La Commission Européenne a jusqu’au 1er janvier 2013 pour donner aux Etats membres les modalités de calcul de ce coefficient en fonction des conditions climatiques.

Si vous souhaitez installer une pompe à chaleur, n’oublier pas que votre Conseiller Info-Energie peut vous accompagner pour décrypter ces informations.

sources : CLER Infos
Plus d’informations :
. guide de l’Ademe « les pompes à chaleur« 
. fiche pratique des Espaces Info-Energie bretons « les pompes à chaleur électriques« 
. rubrique « Comment ça marche » de Qualit ENR

D’après une enquête TNS-Sofres de janvier 2012, les français prennent de plus en compte l’efficacité énergétique des bâtiments lors de l’achat ou de la location.
Cette enquête a été mené auprès de ménages, d’agents immobilier et de notaires. Les résultats montrent un intérêt croissant des acheteurs ou locataires potentiels pour le Diagnostic de Performance Energétique (DPE). Ce constat peut être attribué à deux facteurs principaux :
. l’obligation d’affichage de l’étiquette énergétique sur les offres de vente ou de location
. l’augmentation du prix des énergies.

Une étude de l’ADEME, en partenariat avec le CSTB et le Cired, réalisée par le cabinet Artelia, a cherché à définir la « valeur verte » dans l’immobilier. Cette notion prend notamment en compte l’efficacité énergétique des bâtiments. Il en ressort que 2/3 des personnes interrogées estiment que la performance énergétique sera désormais à prendre en compte dans le choix d’un logement.

En d’autres termes, le marché commence à intégrer la performance énergétique dans les éléments contribuant à l’établissement du prix d’un logement.
Votre Conseiller Info-Energie peut vous accompagner dans vos projets de construction ou de rénovation pour minimiser leurs besoins énergies.

plus d’informations sur le n°32 de Stratégies & études

Vous partez en vacances ? En faisant vos valises, pensez aux économies d’énergie que vous pouvez faire chez vous pendant votre absence.

© Ademe

En votre absence, presque tous les appareils restés branchés vont continuer à consommer. Vous savez, toutes les petites lumières qui restent allumées alors que l’appareil est éteint, tout cela consomme. Et les chargeurs ou transformateurs qui restent sur la prise, ils utilisent en permanence de l’électricité ! Profitez de vos vacances pour leur faire faire une pause. Avant de partir, pensez à tout débrancher : ordinateur, télévision, chaine HiFi, réveil…

Chez vous, il y a d’autres gros consommateurs : le chauffe-eau, la chaudière, le réfrigérateur, le congélateur… Tous ces appareils représentent une part non négligeable de votre facture d’électricité. Alors avant de partir, débranchez votre chauffe-eau ou votre chaudière et profitez des vacances pour dégivrer votre réfrigérateur et votre congélateur. Saviez-vous qu’un centimètre de givre dans votre réfrigérateur ou congélateur augmente ses consommations de 30% !

Pour aller plus loin pendant vos vacances, vous pouvez aussi choisir un mode de transport moins énergivore, ou des activités plus sobres en énergie. L’Ademe vous propose des conseils pour des vacances plus respectueuses de l’environnement.

Comment choisir un artisan ? C’est une question que se pose toute personne qui souhaite faire des travaux dans son logement. Pour accompagner et aider le particulier à faire son choix, l’ADEME et le Ministère du Développement durable ont créé une mention « Reconnu Grenelle de l’Environement ».
L’objectif de ces deux organismes est de valoriser les entreprises qui sont engagées dans une démarche de qualité. De la même manière, c’est un indice de confiance pour le particulier.
Pour bénéficier de cette mention, l’entreprise doit déjà avoir un label de qualité : Qualibat, Qualifélec, Qualit’ENR, Eco Artisan (Capeb) et les Pros de la performance énergétique (FFB). Ce n’est donc pas un nouveau label, mais une reconnaissance de ceux déjà existants.
Montée en compétence des entreprises
Pour obtenir la mention, les organismes porteurs de labels ont dû signer une charte d’engagement qui garantit leur indépendance de tout fournisseur d’énergie et qui leur impose de réaliser des formations et des contrôles des installations réalisées par les entreprises certifiées.

Jusqu’à présent, les organismes porteurs de labels proposaient des formations spécifiques aux entreprises, mais n’avaient pas d’obligation  de contrôle (même si certains le faisaient déjà). Depuis la signature de cette charte d’engagement, toutes entreprises labellisées pourra et sera contrôlées régulièrement sur ses installations. Il sera également possible de lui retirer son label en cas de contrôle défaillant.
L’idée de l’ADEME et du Ministère du Développement durable est de valoriser les entreprises labellisées et d’inciter ainsi les autres à suivre les formations. C’est le principe du gagnant-gagnant : plus il y aura d’entreprises formées et donc labellisées, plus les travaux effectués seront de bonne qualité.

Retrouver plus d’information sur le site du Ministère du Développement durable et sur celui de l’ADEME.
Pour vous aider dans le choix de vos artisans ou pour relire vos devis, votre Conseiller Info-Energie est à votre disposition à l’Agence Locale de l’Energie du Pays de Saint-Brieuc.

Après deux visites de chantier de cette maison en cours de labellisation « Bâtiment basse consommation » et Passif, votre Espace Info-Energie vous propose de découvrir le projet fini en présence des propriétaires avec retour sur les choix techniques (étanchéité à l’air, VMC double flux…) et leur premier ressenti après un mois d’occupation.
Avec un niveau de performance énergétique élevé, cette construction est accessible en terme de coût grâce à une réflexion en amont qui a permis d’optimiser les apports solaires gratuits et de minimiser les déperditions, et grâce à un mode construction original. En effet, ce bâtiment est à ossature bois et les murs ont été préfabriqués en atelier et assemblés sur place. L’isolation et l’étanchéité à l’air ont été particulièrement soignées, ce qui lui permet de prétendre aujourd’hui à la labellisation comme bâtiment passif.

La visite se déroulera le jeudi 28 juin, à 17h30 à Le Merzer.
Ouverte à tous gratuitement, l’inscription est obligatoire au 02 96 52 15 70 ou contact@ale-saint-brieuc.org.