Créée par la loi de transition énergétique pour la croissance verte en 2016, la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) fixe les priorités d’actions des pouvoirs publics pour atteindre les objectifs de politique énergétique.

Véritable feuille de route de la stratégie nationale bas carbone, elle fixe une trajectoire pour le mix énergétique français permettant de tendre vers la neutralité carbone à l’horizon 2050. Un nouveau décret publié au journal officiel du 23 avril 2020 définit les directives de la PPE pour les périodes 2019-2023 et 2024-2028.

Ainsi, les 12 articles qui constituent cette nouvelle PPE contribuent à réduire la consommation d’énergie fossile et à développer un mix énergétique renouvelable avec une attention sur la sécurisation de l’approvisionnement énergétique. La notion de la compétitivité du coût de l’énergie est prise en compte. Il y est notamment évoqué le lien entre les charges énergétiques (dans les logements, pour se deplacer,…) et le pouvoir d’achat. Enfin, la PPE s’intéresse à la mutation des emplois en lien avec ces nouveaux enjeux, notamment dans le domaine de l’exploitation des énergies fossiles.

Par rapport à la précédente version,  cette nouvelle PPE réajuste la trajectoire à l’horizon 2030 en terme de réduction des consommations d’énergie finale et de développement de production renouvelable (éoliens, solaire, méthanisation …), en quantifiant les seuils à atteindre pour chacune des filières. Les objectifs pour le développement des filières biométhane, production d’hydrogène et de mobilité y sont également largement décrits.