La baisse du coût d’achat des panneaux solaires photovoltaïques amène de plus en plus de personnes à vouloir s’équiper afin de chercher une autonomie électrique. Si l’autoconsommation photovoltaïque, c’est-à-dire la consommation directe de l’électricité produite, est énergétiquement intéressante, encore faut-il que le projet soit rentable !
Voici quelques principes pour optimiser son autoconsommation photovoltaïque, à la suite des conseils donnés dans cet article Des panneaux photovoltaïques, oui, mais pas à n’importe quel prix ! :

Quelle est ma consommation d’électricité ? 

Pour s’assurer que la future production électrique soit en cohérence avec la consommation d’électricité (énergie en kWh (kilo-Watt-heure), sur les factures), la première étape est de bien comprendre la consommation quotidienne : quelle est la puissance électrique à chaque instant (puissance en W Watt). Généralement, nous consommons un peu plus en début de matinée et également en soirée. Les logements équipés de compteurs communicants Linky peuvent demander une courbe précise de leur consommation. 

Exemple de consommation électrique résidentielle mesurée par le GEFOSAT
(les pics de consommations peuvent correspondre à un chauffe-eau électrique par exemple)
Les panneaux solaires produisent un courant continu, qui doit être transformé en courant alternatif : c’est le rôle primordial de l’onduleur. Ainsi, la production photovoltaïque peut alimenter le réseau électrique.

Schéma de connexion électrique :

 Il existe plusieurs manières de connecter les panneaux photovoltaïques au réseau électrique.

Source : GUIDE Programme pacte INSTALLATIONS PHOTOVOLTAÏQUES EN AUTOCONSOMMATION Juin 2019

Le schéma de droite montre une connexion indépendante, avec un compteur supplémentaire dédié au photovoltaïque. Ainsi, le propriétaire possède deux contrats, avec deux factures séparées, l’une de consommation d’électricité, l’autre de vente totale de la production.

Le schéma de gauche montre une connexion au réseau électrique domestique. Le compteur communicant Linky sera en mesure de compter à la fois la consommation, mais aussi l’éventuelle surproduction. Au moment de la production électrique, la demande au niveau du compteur sera plus faible. Ainsi l’électricité autoconsommée ne sera pas facturée. La facture d’électricité sera diminuée, les économies sur les factures permettront de rembourser l’installation photovoltaïque.

Au niveau technique et électrique, les électrons iront toujours au plus court : vous consommerez toujours en priorité l’électricité produite par les panneaux (avant l’électricité provenant du réseau électrique). Le choix de l’autoconsommation est donc plutôt un choix de rentabilité financière liée aux différences entre les tarifs d’électricité et les différents prix de vente de l’électricité produite.

Compatibilité entre production et consommation 

Le schéma suivant montre une production idéale d’une installation photovoltaïque journalière, ainsi qu’une consommation d’électricité qui correspondrait à un usage résidentiel, tôt le matin et tard le soir. La rentabilité d’une installation de panneaux photovoltaïques en autoconsommation dépend donc de la capacité à consommer la production photovoltaïque (par le taux d’autoconsommation), et de l’optimisation de l’éventuel surplus.

Exemple d’autoconsommation photovoltaïque (Source : AQC) : une maison qui aurait une consommation électrique représentative, avec un talon de consommation minimale d’environ 500W, pourrait autoconsommer environ 30 à 50 % de la production d’une centrale photovoltaïque. Le surplus pourra être vendu, stocké, etc.

Comme il n’y a pas de production durant la nuit, on peut étudier plusieurs pistes pour optimiser l’installation : 

– Diminuer le nombre de panneaux, et ainsi être en autoconsommation totale. L’installation devient plus simple, sans contrainte de surplus, mais la production s’en trouve d’autant diminuée. 

– Valoriser le surplus : o En interne : à l’aide de moyens de stockage (batteries, ballon d’eau chaude, …), ou d’une gestion adaptée de la consommation par rapport au photovoltaïque. Ces solutions permettent d’améliorer le taux d’autoconsommation, mais sont souvent très coûteuses. 

Vendre le surplus : Aujourd’hui, il est possible de vendre à tarif fixé, inférieur au tarif d’électricité, la production photovoltaïque. Ainsi les panneaux produiront au maximum de leur utilisation, et électriquement, la production ira au plus court : chez votre voisin ! 

Vendre la totalité de l’électricité produite, via un deuxième compteur. Lorsque le taux d’autoconsommation est faible, il est parfois plus intéressant de valoriser l’ensemble de la production à un tarif fixé pendant 20 ans. 

– Diminuer la consommation, car l’énergie la moins chère est celle que l’on ne consomme pas ! 

Plusieurs outils en ligne permettent d’étudier et de dimensionner le potentiel d’autoconsommation par rapport à votre consommation personnelle. Forts de ces quelques informations, vous pourrez contacter les artisans qualifiés les plus proches de chez vous (grâce au site www.faire.gouv.fr par exemple). Ils proposeront des solutions techniques adaptées à votre bâtiment. Ensuite, il est possible d’étudier vos devis non signés avec l’aide de votre conseiller info-énergie. 

Néanmoins, il convient de rappeler les priorités : à l’échelle d’un logement, les investissements doivent d’abord porter sur les économies d’énergie (notamment sur l’isolation thermique), et en second lieu sur la production d’énergie renouvelable. Des aides de l’agglomération de Saint-Brieuc existent pour financer une partie de l’installation photovoltaïque, mais également des travaux de rénovation performants. 

  • Outils

Évaluer votre devis photovoltaïque
AutoCalSol : logiciel de pré-dimensionnement pour vos installations

  • Pour aller plus loin

Des panneaux photovoltaïques, oui, mais pas à n’importe quel prix !
PhotoVoltaïque.info
Autoconsommation photovoltaïque : comment produire de l’électricité et la consommer chez soi ?
Plaquette technique : Photovoltaïque en autoconsommation, les points de vigilance pour tous types de bâtiments.
Photovoltaïque en collectivité