l'éclairage au bureauLe Moniteur a publié les enseignements d’une expérimentation menée dans un bâtiment de bureaux lillois : grâce à un système mis au point par les sociétés Philips Lighting, Somfy et Serge Ferrari, l’intensité de l’éclairage et le mouvement des stores extérieurs y étaient pilotés en fonction de l’utilisation des pièces, de la luminosité extérieure et des conditions climatiques, dans le but d’optimiser les consommations énergétiques.

Résultats : l’étage doté d’un pilotage automatique de la lumière a consommé 29 % moins d’énergie que son homologue, à 78,04 kWhEP/m².an contre 108,27  kWhEP/m².an. Ces économies proviennent en majeure partie de l’éclairage, qui a mobilisé 54 % moins d’électricité. Les consommations électriques de la climatisation, de la ventilation et du chauffage étaient également 10 % moindres. C’est le résultat d’un usage réduit de la climatisation en été, grâce aux protections solaires.

Toutefois, d’un point de vue pécuniaire, l’impact sur la facture se révèle assez minime, de l’ordre de 2 euros/m².an, car les prix de l’offre « Light balancing » varient entre 20 à 60 euros/m². « Il y a néanmoins une réelle amélioration au niveau du confort thermique et visuel des occupants », observe Christelle Granier. En effet, l’amplitude thermique du second étage s’élève à 2,3 °C, contre 3,4 °C au troisième. En outre, l’amplitude des variations d’intensité lumineuse atteint en moyenne 600 lux dans la zone équipée (lux est la mesure du niveau d’éclairement). Dans les bureaux sans stores automatiques, elle est multipliée par trois.

extrait du site Le Moniteur

L’éclairage représente une part très importante des consommations énergétiques des bâtiments de bureaux. On peut donc imaginer que l’intérêt économique de ce type de solutions va s’avérer croissant avec la baisse de leur coût (industrialisation), confrontée à la hausse des coûts de l’énergie. Néanmoins un suivi des conditions de fonctionnement est indispensable pour s’assurer de la bonne efficacité : qui n’a pas déjà vu des luminaires à détection de présence s’allumer inutilement en plein jour ?

Source : Le Moniteur