Si j’investis 30 000€ dans l’isolation de mon logement, ferai-je une plus-value de 30 000€ lors de ma revente ?

Faire des travaux de rénovation énergétique permet d’économiser sur la facture de chauffage et d’eau chaude sanitaire, c’est un fait. Ces travaux sont aussi l’occasion d’embellir et d’améliorer la valeur vénale d’un bien immobilier, et donc sa valeur de revente. Mais de combien ? Aujourd’hui, il reste difficile de le savoir précisément…

Une étude de l’association DINAMIC, parue en 2013, s’est penchée de près sur la question.

L’étude s’est appuyée sur les informations transmises par les notaires sur toute la France, et s’est particulièrement intéressée à la relation entre le prix de vente et l’étiquette énergétique du DPE (Diagnostic de Performance Energétique) des biens vendus, uniquement sur les maisons individuelles.

Les résultats (voir carte ci-dessous) permettent de bien mettre en avant la différence entre un logement bien rénové et un logement peu rénové.
Ainsi en Bretagne, un bien vendu avec une étiquette énergétique classé C sera vendu 15% plus cher qu’un bien classé en D. En Pays-de-Loire, un bien classé E serait dévalué de 16%, toujours par rapport à un bien classé en D. L’étude confirme donc qu’un bien rénové se vendra mieux (ou, tout du moins, sans dévaluation), qu’un bien non rénové.

valeur verte

L’étude réalisée par DINAMIC permet de bien juger de la pertinence de rénover son bien immobilier tout en proposant une estimation de la valeur ajoutée d’un logement bien rénové. Cependant chaque logement est unique, et la situation (tendue ou détendue) du marché de l’immobilier influence fortement l’existence et l’importance de cette « valeur verte ».

De plus, il faut savoir interpréter le Diagnostic de Performance Energétique, car un biais important se cache derrière ces chiffres : pour les maisons construites avant 1948, le DPE n’est pas réalisé sur la description des caractéristiques du logement (isolation, vitrages, équipements de chauffage…), mais sur la moyenne des consommations d’énergie des trois dernières années. Certains logements construits avant 1948 peuvent ainsi être bien classés (C ou moins) alors qu’ils n’ont jamais été isolés (par exemple s’ils n’étaient occupés que de manière intermittente, ou en tant que résidence secondaire)…

Pour tous renseignements complémentaires sur le sujet, si vous êtes en cours d’achat d’un bien immobilier et que vous voulez comprendre le contenu du DPE, estimer le gain potentiel de la rénovation, estimer le coût des travaux et connaître les aides financières pour la rénovation, n’hésitez pas à nous contacter : votre Espace Info-Energie peut répondre à vos questions. Le service est gratuit et ouvert à tous et vous garantit une neutralité du conseil dispensé.

 

Plus d’information :