Comme les grandes, les petites éoliennes produisent de l’électricité grâce à l’énergie du vent. Elles peuvent être installées sur un mât ou fixées au pignon d’une maison. Ce système de production d’électricité verte se développe rapidement depuis quelques temps, mais des dérives sont observées. En effet, le taux de crédit d’impôt intéressant booste artificiellement le développement de nombreuses d’entreprises. Avant de s’engager, quelques éléments sont importants à vérifier.
© Ademe / Hippocampe

En dessous de 12 mètres de haut, il n’y a pas de démarche administrative à faire. Seules les règles d’urbanisme et de relations de bon voisinage s’appliquent. Cela simplifie considérablement l’installation de ces machines et il n’existe aucune limitation du nombre de petites éoliennes qui peuvent être installées sur un territoire (sauf si les documents d’urbanisme locaux le stipulent, c’est à vérifier auprès de la mairie).

Le tarif d’achat de l’électricité produite par ce type de machine est relativement bas (8cts d’euros le kiloWatt/heure) et en dessous du coût moyen de l’électricité (12 cts d’euros  le kiloWatt/heure). Dans ces conditions, dans la grande majorité des cas, l’énergie produite est auto-consommée c’est-à-dire que la production est utilisée directement par les appareils électriques de la maison. Cela implique qu’il faut adapter la puissance (et donc la taille) de l’éolienne aux besoins de la maison. En conséquence, la plupart du temps, la machines proposées sont de moins de 2000 Watts.

Une rentabilité à discuter…
La production de l’éolienne dépendra essentiellement de deux facteurs : le niveau de vent (et sa régularité) et la qualité de l’installation.
Dans les Côtes d’Armor, d’après le cahier technique du schéma régional éolien (datant de 2006), à 40 mètres de haut, les vents moyens mesurés n’excèdent pas 7m/s. Plus l’éolienne sera haute, plus le vent sera fort et régulier. Hors, une petite éolienne (sur mât ou sur pignon) ne sera pas installée à plus de 12 mètres de haut. De plus, pour qu’un vent soit régulier, il ne faut pas qu’il rencontre d’obstacle que sont, par exemple, les arbres, les murs, les habitations… Plus l’éolienne se trouvera éloignée de ces obstacles, moins le vent sera perturbé et mieux l’éolienne produira.
Dans ces conditions, nous pouvons faire une approximation de la production annuelle attendue qui sera de l’ordre de 1000 à 1500 kiloWatt/heure. Si cette électricité est consommée sur place, cela représente une baisse de 120 € à 180 € sur la facture annuelle.

Pour accompagner le développement de cette filière de production d’énergie renouvelable, l’Etat a mis en place un crédit d’impôts (appelé crédit d’impôt développement durable). Il est de 32% du prix d’achat de l’éolienne (sans prendre en compte le coût de la main d’œuvre et des autres équipements type onduleur…). Ce taux peut monter à 40% si, en plus de l’installation d’une éolienne, d’autres travaux sont réalisés sur le logement (ex : isolation des murs ou de la toiture…). Mais, même avec cette aide de l’Etat, ce genre d’opération n’est réellement rentable que dans les cas d’impossibilité de raccordement du logement au réseau d’électricité. 

Néanmoins, l’installation d’une petite éolienne, lorsque les conditions de vents sont optimum, est une démarche citoyenne qui va dans le bon sens en permettant de soulager le réseau et de consommer une électricité locale produite par une énergie propre.