L’Europe a soulevé la question de savoir si les pompes à chaleur sont un source directe d’énergie renouvelable. Et la réponse est « non, mais oui »…

Fonctionnement d’une pompe à chaleur – © Ademe / Hippocampe

Principe de fonctionnement
La pompe à chaleur permet de récupérer les calories ambiantes (dans l’air, le sol ou l’eau) et de les transférer à un fluide en les concentrant. Pour faire simple, avec de l’eau à 13°C, elle fait de l’eau à 50°C ou 60°C ! Sur le principe c’est extrêmement intéressant. Mais cette concentration en calories ne se fait pas sans une certaine dépense d’énergie liée au fonctionnement de pompes et ventilateurs notamment.

Les coefficients
Afin de se rendre compte de l’efficacité des pompes à chaleur et de pouvoir les comparer entre elles, deux coefficients ont été créés : le coefficient de performance (CoP) et le coefficient moyen annuel d’exploitation (CoE). Le CoP est un calcul standardisé qui permet connaître la dépense énergétique nécessaire en fonction d’une température ambiante définie (en général +7°C pour l’air) et d’une température de sortie de l’eau fixée également (en général +35°C pour alimenter un plancher chauffant). Prenons un exemple : une pompe à chaleur Aérothermique (ou air-eau) alimentée à l’électricité affichant un CoP de 4. Cela signifie que la pompe à chaleur va consommer 1kWh d’électricité pour produire 4kWh de chaleur dans des conditions de température d’air extérieur de 7°C et pour alimenter un plancher chauffant avec de l’eau à 35°C. Le CoP sera d’autant plus élevé que l’écart entre la température de l’air et celle de l’eau de chauffage sera faible.
Changeons maintenant un petit peu les paramètres pour se rapprocher des conditions réelles. Imaginons une période hivernale un peu plus fraîche avec une température de l’air qui tombe à 0°C. Le Cop peut alors descendre en dessous de 3, soit une consommation de 1kWh d’électricité pour une production de chaleur inférieure à 3 kWh. (Vous pouvez retrouver les CoP des pompes à chaleur certifiées NF sur le site internet de Certita, organisme de certification). Ces variations saisonnières sont donc à prendre en compte lors du choix d’un appareil. Pour cela, une Directive européenne (Energies renouvelables 2009/28) définit le Coefficient moyen annuel d’exploitation ou CoE. Celui-ci décrit le rendement réel d’un appareil au court de l’année entière.

Pompe à chaleur et énergie renouvelable
C’est grâce à ce dernier coefficient que l’Europe classe ou non les pompes à chaleur en énergie renouvelable. Pour une pompe à chaleur alimentée à l’électricité, il faut que le CoE soit au minimum de 2,9 pour qu’elle soit considérée comme une énergie renouvelable directe. Dans les autres cas, elle est décrite comme un outil favorisant certaines énergies renouvelables. Donc une pompe à chaleur ne doit pas systématiquement être considérée comme une énergie renouvelable ! Malheureusement, aujourd’hui, ce coefficient moyen annuel d’exploitation n’est pas mentionné dans les documents de présentation des appareils. La Commission Européenne a jusqu’au 1er janvier 2013 pour donner aux Etats membres les modalités de calcul de ce coefficient en fonction des conditions climatiques.

Si vous souhaitez installer une pompe à chaleur, n’oublier pas que votre Conseiller Info-Energie peut vous accompagner pour décrypter ces informations.

sources : CLER Infos
Plus d’informations :
. guide de l’Ademe « les pompes à chaleur« 
. fiche pratique des Espaces Info-Energie bretons « les pompes à chaleur électriques« 
. rubrique « Comment ça marche » de Qualit ENR