Les montres molles – Dali

Dans la nuit de samedi à dimanche, nous allons reculer nos montres d’une heure. Outre le fait que nous pourrons dormir une heure de plus, cela a un grand intérêt énergétique.
Le principe du changement d’heure a été instauré, en France, après le 1er choc pétrolier. Son but est de minimiser les dépenses énergétiques, notamment sur l’éclairage. En effet, en passant de l’heure d’été à l’heure d’hiver (et inversement), nous faisons mieux coïncider nos activités avec l’éclairement naturel.
Une étude sur l’année 2009 a montré que sans ces changement d’heures, nous aurions consommé 440 GigaWatt/heure de plus soit la consommation électrique pour l’éclairage de 800 000 foyers.
Depuis 2009, les progrès au niveau de l’efficacité énergétique des systèmes d’éclairage (généralisation des lampes basse consommation et Leds, adaptation des éclairages publics à la luminosité…) tendent à faire diminuer ces économies d’électricité. Malgré tout, cette même étude fait une projection en 2030 et estime les économies réalisées sur cette année à 130 GWh, ce qui est loin d’être négligeable !
En parallèles des économies d’énergie prévues, ce rapport met en avant le fait que ce changement d’heure pourraient permettre une réduction globale des émissions de CO2 de 70 000 à 100 000 tonnes.
Ce changement d’heures est donc un petit dérangement pour nous, pour un grand bénéfice pour la planète.

Vous pouvez retrouver la chronique de l’Espace Info-Energie sur ce sujet sur COB FM.